Logo Sensation Rock

MARIANNE FAITHFULL, Give My Love To London

Naïve/2014

Un nom qui se passe de présentation. Pour fêter ses cinquante ans de carrière, Marianne Faithfull convie du beau monde sur son nouvel album qui célèbre dignement ce demi-siècle de présence dans le paysage musical anglais.
Nick Cave, Anna Calvi, Tom McRae, Warren Ellis, Roger Waters sont les noms qu’on peut voir dans les crédits de Give My Love To London, le tout sous la houlette de Rob Ellis (PJ Harvey, Anna Calvi) et de Dimitri Tikovoï (Placebo, Ghinzu). Et le casting ne déçoit pas. Chacun apporte ses compositions qui se marient parfaitement à la voix de Marianne Faithfull, qui même si elle se fait moins rauque – passage à la cigarette électronique oblige – reste reconnaissable dès le premier mot. La chanson-titre qui ouvre l’album est dans une veine folk traditionnel, pas très loin des légendaires Pogues. Un peu convenu, Sparrows Will Sing ne prend pas de risque en guise de single. Il faut attendre un peu pour que sorte la beauté noire de Give My Love To London et se faire littéralement emporter. Ça commence sur la valse noire de True Lies, véritable “murder ballad” dont Nick Cave aurait pu être le géniteur. Mais en revanche, c’est bien lui qui est derrière Late Victorian Holocaust, comme une échappée de Push The Sky Away où encore une fois le violon de Warren Ellis fait des merveilles. Comme une évidence, on trouve également l’ombre de Leonard Cohen (Going Home). Si on trouve beaucoup de noirceur sur cette vingt et unième production de l’Anglaise (Mother Wolf et ses chœurs magistraux), on trouve aussi de la lumière quand elle se lie avec Anna Calvi, digne héritière de la chanteuse, et qui offre Falling Back, véritable envolée grandiloquente comme elle en a le secret. Mais aussi quand Tom McRae présente Love More Or Less, ou comment Marianne et le guitariste convie le fantôme de Nick Drake pour cette ballade folk douce amère.
Voir Give My Love To London comme le testament de Marianne Faithfull serait une grave erreur. Accompagnée de musiciens talentueux, la chanteuse à la voix rauque se découvre une seconde jeunesse et est prête pour entamer une nouvelle décennie on l’espère pleine de belles surprises.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

WILL STRATTON, Post-Empire

Talitres/Differ-Ant/2012 De Brooklyn, des chansons folk aériennes, entre épure et arrangements soyeux. Will Stratton, 25 ans, sort aujourd’hui…
%d blogueurs aiment cette page :