Logo Sensation Rock

DAMON ALBARN / MICHAEL KIWANUKA, Montreux Jazz Festival, Montreux (CH), Jeudi 17 Juillet 2014

Comme un air de vacances plane sur la Rivieira cet après-midi. Le soleil semble avoir définitivement pris ses quartiers. Les filles sont courtes vêtues, on se prélasse sur les plages du lac Léman, on personnalise sa boisson au cola avec sa chanson préférée. Seul ce bon vieux Freddie, malgré son micro orné de quelques fleurs, reste stoïque avec son poing éternellement tendu vers le ciel.

La soirée s’annonce bien chargée concernant la programmation des 3 salles principales du festival. Benjamin Clementine au Jazz Club, Van Pariahs et les Babyshambles au Jazz Lab et Michael Kiwanuka et Damon Albarn à l’Auditorium. C’est vers ces derniers que nous avons décidé de dédier notre soirée.
Direction les grands escaliers en colimaçon menant au Stravinsky. Les portes de la salle ne sont pas encore ouvertes alors on en profite pour admirer le paysage, l’endroit offrant une vue imprenable sur le lac et les Alpes qui plongent littéralement dedans, une vue dans on ne se lasse vraiment pas.
albarn1Enfin dans la salle, direction le premier rang. Premiers arrivés, premiers servis. Le programme est annoncé en grosse lettre en arrière plan de la scène. C’est le génial Michael Kiwanuka qui ouvre la soirée. Génial pourquoi? Révélé il y a 2 ans avec le formidable Home Again, le jeune Anglais a tout pour devenir un grand. A l’image de Ben Harper, beaucoup d’influences musicales coulent dans ses veines. Le folk, la soul, le blues affluent dans ses compostions et donnent vie à des titres qui sont déjà des classiques: Tell Me A  Tale qu’il étire au maximum, I’m Getting Ready, Always Waiting. Des nouveaux morceaux composés au piano s’ajoutent à la setlist, des titres qui annoncent une nouvelle production qu’on attend avec impatience. Le guitariste nous raconte que celui qui lui a donné envie d’apprendre son instrument c’est Jimi Hendrix. Il lui rend alors un formidable hommage en reprenant May This Be Love de façon magistrale. Hendrix dont on sentira aussi le fantôme sur l’avant-dernier morceau du set, une compo blues à souhait, et qui nous rappelle qu’il n’y a pas si longtemps Kiwanuka était du côté de Nashville chez l’ami Jack White. Celui-ci aurait mis son petit grain de sel dans l’affaire qu’on n’en serait pas étonné.
C’est l’entracte, la salle qui était très clairsemée pendant le concert de Michael Kiwanuka semble enfin se remplir pour voir le leader de Blur. On est plutôt impatient de voir ce que nous réserve l’hyperactif Damon Albarn, lui qui nous a offert avec Everyday Robots un album de haute volée.
Les lumières s’éteignent et le groupe arrive sur quelques pas de danse qui semblent dicter que la soirée sera sous le signe de la bonne humeur. Damon Albarn passera tout le concert à se fendre la poire et à rigoler et n’oubliera pas d’arroser le public avec les bouteilles qui initialement étaient prévues pour son hydratation. Mais avec la chaleur qui règne dans l’Auditorium, on accepte avec joie cette arrosage.
Le show commence en douceur avec des titres du dernier album, Lonely Press Plays et Everyday Robots. L’accueil du public se fait assez réservé je trouve, mais il explose une fois que résonnent les premières notes de Tomorrow Comes Today qui lance un enchainement de morceau made in Gorillaz. Et c’est là qu’est la force du Londonien. Avec les multiples facettes qu’il a dévoilé au sein de ses différents projets (Blur, Gorillaz, The Good The Bad The Queen, Rocket Juice And The Moon), il  arrive à marier l’ensemble avec l’intimiste de sa dernière production. La pop un peu plus barrée de TGTBTQ encadre parfaitement les ballades aériennes Hostiles et Photographs. Si le mélange est plus que réussi, Albarn le doit aussi aux musiciens qui l’entourent: un guitariste qui maitrise tous les effets possibles, un bassiste/guitariste sosie de Pharell qui est un show à lui seul, un pianiste discret mais efficace et surtout un batteur ravagé qui ne tient pas en place derrière ses fûts. Mais ils ne sont pas les seuls à accompagner le leader de Blur. Celui-ci a amené avec lui sur la route le rappeur ghanéen M.Anifest et une chorale magique qui lui permettent de faire vivre Dam(n), titre du projet Rocket Juice And The Moon.
La première partie du set vient se conclure par un tour de tous les groupes du Londonien avec un remarquable El Manana et All Your Life, face B du single Beetlebum de Blur et exhumée pour le plus grand bonheur de tous.
albarn-3C’est donc l’heure du rappel. Albarn revient sur scène accompagné de son ami trompettiste islandais ( et accessoirement roadie ) pour entamer End Of A Century au piano dont le son de velours du cuivre confère une grande classe au titre.
La soirée n’aurait pas été ce qu’elle était sans LE titre de Gorillaz. Cette année, on avait déjà pu voir Deltron 3030 reprendre le morceau. Mais son véritable géniteur reste Damon Albarn et Clint Eastwood finit de déchainer la foule, les poings en l’air et où M.Anifest remplace de façon convaincante Del Tha Funky Homosapiens. Le rappel a vraiment des allures de récréation et tout devient léger au son du ukulélé de Mr Tembo, morceau à la joie communicative et dont on reprend le refrain à tue-tête. La chorale revient sur scène pour accompagner le groupe sur Don’t Get Lost In Heaven et surtout habiller la magnifique et universelle Heavy Seas Of Love de chœurs gospel. Un final en apothéose. Damon Albarn convie alors sur scène tous les musiciens et techniciens qui l’accompagnent pour remercier le public qui n’est pas en reste. Albarn aura pris son pied, nous aussi. On rentre chez nous de très bonne humeur. L’édition 2014 du Montreux Jazz Festival touche à sa fin et on ne peut dire qu’une chose: vivement l’année prochaine.

Setlist:

Lonely Press Plays
Everyday Robots
Tomorrow Comes Today
Slow Country
Kids With Guns
Three Changes
Hostiles
Photographs (Are You Taking Now)
Kingdom Of Doom
You & Me
Dam(n)
Hollow Ponds
El Manana
History Song
Out Of Time
All Your Life

Encore

End Of A Century
Clint Eastwood
Mr Tembo
Don’t Get Lost In Heaven
Heavy Seas Of Love

Des vidéos du show sont à retrouver sur le compte Instagram de Smalltown25

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :