Logo Sensation Rock

GURTEN FESTIVAL, samedi 16 juillet 2016, Berne (Ch)

Avec 39 années d’existence, le Gurten festival fait maintenant partie des incontournables en Suisse, les grandes têtes d’affiches de la scène pop-rock internationale y sont régulièrement programmées avec notamment Muse cette année pour la soirée d’ouverture.
C’est la journée du samedi que nous avons choisie pour découvrir cette manifestation qui se déroule dans un cadre original, perchée en haut de la colline de Gurten en périphérie de Berne.

A notre arrivée nous constatons que ce festival se mérite; en effet les spectateurs ont le choix entre faire une bonne heure de queue pour emprunter le funiculaire “Gurtenbahn” ou gravir le chemin qui mène au site moyennant, selon les indications, 45 minutes de marche plutôt sportive. Heureusement pour cette dernière option, tout semble prévu pour récompenser les courageux avec des bars et autre ravitaillements installés tout au long du parcours.

Une fois sur le site c’est 77 Bonbay Street qui nous accueille sur la “HAUPTBÜHNE”, scène principale du Gurten festival. Nous sommes surpris par la foule déjà présente en milieu d’après-midi et le groupe suisse distille donc sa pop folk devant un parterre déjà très enthousiaste. Le public est assez homogène et se situe dans la tranche des 20-30 ans, on sent qu’il s’agit d’habitués à la vue de la logistique déployée par certains. Parasols, couvertures, tout est prévu pour passer une bonne journée quitte à ne plus bouger une fois installés, c’est assez surprenant.

La “ZELTBÜHNE” est la deuxième scène, installée sous un impressionnant chapiteau qui peut accueillir sans problème plusieurs milliers de personnes. C’est là que nous nous rendons ensuite, impatients de voir enfin sur scène le groupe Boy de la chanteuse suisse Valeska Steiner et la guitariste allemande Sonja Glass. Avec seulement deux albums à leur actif, Boy a déjà acquis une belle notoriété mais reste hélas encore assez confidentiel en France, ce festival est donc une belle occasion de les découvrir sur scène. Le set débute avec le magnifique We Where Here, le ton est donné d’entrée. Si par la suite, on ressent un très léger manque de “punch” la dernière partie du concert met tout le monde d’accord et le public chavire avec des mélodies imparables comme l’irrésistible Little Numbers.

La prestation de Boy à peine terminée, les premières notes de Bastille se font entendre du côté de la “HAUPTBÜHNE” où nous nous rendons donc pour découvrir ce groupe britannique qui a connu un beau succès avec son premier album et dont le second est attendu pour le 9 septembre prochain. Avec une programmation assez étriquée, le Gurten festival offre aux groupes des créneaux plus larges que beaucoup d’autres festivals et c’est avec plaisir que nous goutons à l’heure et demi de pop redoutablement efficace de Bastille, une vraie réussite que les français pourront retrouver au prochain festival Rock en Seine de Paris.

A présent, deux formations suisses sont programmées simultanément. Sous le chapiteau nous allons jeter un œil à Bastien Baker qui exerce dans le registre que l’on peut qualifier de “variété pop folk”. Habitué des “charts” suisses, le chanteur s’est également fait connaître via l’émission française “Danse avec les stars”. C’est plutôt vers la “WALDBÜHNE”, troisième et plus petite scène installée dans une improbable prairie à la pente vertigineuse, que nous irons finalement pour apprécier Hecht, groupe indie-pop local qui chante en allemand. Leurs compositions sont extrêmement bien ficelées et le public répond présent, l’ambiance ne fera que croitre tout au long du set, assurément une très belle découverte.

A 21h45 vient le moment de retourner sur la grande scène, les écossais Travis sont attendus par beaucoup, nous les premiers. D’emblée, le groupe interprète son tube planétaire Sing et enchaine rapidement avec ses compositions en alternant vieux titres et morceaux du récent album Everything At Once. Francis Healy, comme à son habitude, n’hésite pas à descendre de scène pour se mêler au public et ne cesse de communiquer avec ce dernier. Le concert prend au final la forme d’une immense fête avec des titres comme Magnificent Time ou Why Does It Always Rain on Me? qui collent à merveille avec l’esprit qui règne sur ce festival.

Nous resterons sur cet excellent moment, ravis d’avoir découvert un festival au final pas si loin de chez nous et qui nous permet de voir autre chose en terme d’ambiance que ce que nous avons l’habitude de vivre en France. Une infrastructure impressionnante qui facilite la circulation malgré l’étroitesse du lieu, une très belle offre de stands de restauration et un accueil formidable. Nous reviendrons c’est certain et garderons longtemps en tête cette époustouflante vue de la ville de Berne illuminée depuis le “Gurtenbahn” lors de notre descente.

– Anne-Claire

Crédit photo : Eric

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :