Logo Sensation Rock

INTERVIEW: MY LADY’S HOUSE

En mai paraitra Northern Lights, troisième album du groupe bisontin qui trace encore plus son chemin sur les voies de l’americana. Sensation Rock a rencontré Guillaume et Simon pour parler de leur nouveau-né.

Northern Lights en est à sa dernière étape de production. Vous n’avez pas trop le baby blues du musicien ?
Simon (voix, guitare) : On espère qu’il va vite faire ses nuits… On est plutôt content du résultat, il va bientôt partir au pressage, c’est la dernière ligne droite. J’espère qu’il va plaire aux gens.

West Of The Sun Stories avait été enregistré et mixé au Cube Studio. Comme pour Run In The South, les prises de son de Northern Lights ont été faites à Guyans-Durnes et le mixage au Wild Horse Studio à Besançon. Pourquoi cette volonté de scinder les 2 étapes ?
S. : Pas tout à fait, pour Northern Lights, ce fût un peu différent, on a enregistré une partie du disque (les morceaux plutôt “électriques” avec la batterie) au Cube et une autre partie (quelques titres acoustiques, le violoncelle…) au Wild Horse Studio.

Guillaume (voix, guitare) : Les tout premiers enregistrements de MLH avaient été réalisés au Cube et depuis c’est devenu une sorte de tradition de nous retrouver là-bas avec Yann Morel. En sus des indéniables qualités techniques de celui-ci (sic), le côté isolement à la campagne de ce studio permet une immersion totale dans la musique, c’est précieux. François – Wild Horse studio – quant à lui, avait déjà travaillé sur Run in the South et l’échange avait été très constructif durant toute l’élaboration du mixage, ça nous avait bien plu. Depuis, le WHS s’est doté d’un matériel encore plus performant, ce sera d’autant plus bénéfique pour Northern Lights.

– Sur cet album, on peut y entendre les participations de Benjamin Pau (The Tiger Theory, Shoot The Singers) et de Guigs (Elvis Left The Building, ex-Irradiates) qui viennent d’un univers très différent du vôtre. D’où vient cette envie d’ouvrir la musique de My Lady’s House ?
G. : C’est avant tout l’envie de faire participer de bons copains au projet. Guigs est mon talentueux comparse dans Elvis Left The Building depuis 2 ans maintenant, quant à Ben, j’ai eu l’occasion de partir en tournée avec lui l’année dernière et d’apprécier le garçon comme son jeu de guitare. J’avais envie de voir ce que leurs petits doigts de fée pouvaient donner sur des morceaux americana. Pauline, une petite Sioux du Cello, s’est également jointe à nous pour quelques très belles parties de violoncelle. Avec chacun d’entre eux nous avons pas mal discuté de l’atmosphère des morceaux, fait quelques essais ensemble pour ensuite laisser leur inspiration s’exprimer dans notre univers. Vous jugerez du résultat. En tous les cas, un immense merci à eux pour le petit supplément d’âme qu’ils ont contribué à insuffler à ces morceaux.

– A l’image de Greendale de Neil Young, Northern Lights est plutôt conceptuel et tous les morceaux s’imbriquent pour raconter une histoire. Pouvez-vous nous raconter sa genèse ?
G. : Depuis toujours, à la question comment définiriez-vous le folk, je répondais « raconter des histoires mais en musique ». Cette fois-ci j’ai eu envie de raconter une seule et même histoire d’un bout à l’autre du disque, chacun des titres racontant une partie de la vie d’un seul et même personnage – Anna-Lee. Sur RITS, trois morceaux avaient déjà été élaborés de cette manière (The story of Sam Brinson, The Devil with it et Run in the South). On pourra écouter Northern Lights comme on lit un bon livre devant un bon feu de cheminée…

– Vous venez de terminer le tournage de votre premier clip. Ca fait quoi de devenir acteur pour un instant ?
S. : C’était une très bonne expérience et une première, nous qui étions plutôt coutumiers des sessions acoustiques filmées…On a fait le clip avec deux garçons formidables, Benoit Guillot (SPDL Lab°) et Mickaël Begnis (site sur flickr) qui ont tout de suite capté ce que l’on cherchait comme ambiance pour raconter cette histoire. Il y a également une fille formidable, la comédienne Mel Chaney, qui joue le rôle principal dans la vidéo et qui, elle aussi, s’est fortement impliquée dans ce projet.

G. : Pour une fois on s’aventurait en terre inconnue (je sors…), mais l’expérience a été très enrichissante. J’avais une idée assez précise du personnage et étais donc un peu anxieux à l’idée de « l’altérer » mais quand j’ai rencontré Mel, j’ai senti que la connexion pouvait se faire. Avec elle, Benoit et Mike (qui avaient déjà travaillé sur un clip des ELTB), avant comme pendant le tournage nous avons beaucoup discuté des émotions ressenties par Anna-Lee, de qui elle était, des épreuves qu’elle traversait puis comme pour Guigs et Ben, on a laissé s’exprimer leur sensibilité ; une fois encore vous jugerez sur pièces. Un grand merci pour les bons moments passés ensemble les poulets.

– En septembre dernier, on a pu vous entendre su France Inter dans l’émission de Frédéric Lopez “On va tous y passer”. Vous retenez quoi de cette expérience dans ce milieu très pro ?
S. : L’accueil à la Maison de la Radio est vraiment très simple, rien de clinquant, les gens qui bossent là-bas sont plutôt cools. Idem pour les animateurs et chroniqueurs, qui sont hyper à l’aise. Donc, ça s’est super bien passé pour nous, on n’avait pas trop de stress.

– Votre discographie commence à être plutôt bien fournie. De quel album êtes-vous le plus fier ?
S. : Les groupes qui sortent un nouvel album répondent souvent : “le dernier”. Moi, je suis fier de tous ces disques qu’on a fait avec nos petites mains. Après, c’est subjectif, on va aimer un titre de tel disque pour sa mélodie ou ses paroles, puis un autre sur tel disque pour la production ou les arrangements. Ceci dit, je pense que le dernier va être très bien !

G. : « Le dernier ».

– Si on vous demandait de présenter My Lady’s House avec une seule de vos chansons, ce serait laquelle ?
S. : Question très difficile…!! Parmi les chansons de My Lady’s House, il y en a une ou deux qui pourraient résumer l’univers du groupe, je dirais Once et Falcon Lake. A mon sens, elles représentent bien My Lady’s House, tant au niveau de la musique que des textes. Il y a aussi The Wolf Pack sur Northern Lights et un ou deux titres sur EP #1. Tu vois, je ne réponds pas à la question, c’est difficile…!

G. : Falcon Lake ou The Story of Sam Brinson.

– Et pour finir, la traditionnelle question : quel livre peut-on trouver sur vos tables de chevet en ce moment et quels disques tournent sur vos platines ?
S. : Je viens de commencer Manhattan Folk Story, offert par un ami. Il s’agit des mémoires d’un des piliers du folk des années 60, Dave Van Ronk, qu’on connait très peu, qui a influencé Dylan et a quand même enregistré une trentaine d’albums ! C’est ce bouquin qui a inspiré les frères Coen pour le film Inside Llewyn Davis. Pour les disques, j’avoue écouter très régulièrement Morning Phase, le dernier LP de Beck. Un très bon disque de ballades californiennes. Il y a aussi le seul et unique disque de Jim Sullivan, UFO, paru en 1969 que j’ai redécouvert récemment. Ce n’est pas un disque parfait, mais certains des morceaux écrits par ce chanteur disparu mystérieusement en 1975 sont à tomber. Et puis, un autre Américain, Damien Jurado a sorti il y a peu un Brothers And Sisters Of The Eternal Son tout bonnement épatant.

G. : Je viens de terminer  Et quelquefois j’ai comme une grande idée, immense livre de Ken Kesey (auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou). Le livre paru en 1967 aux Etats-Unis n’avait jamais été traduit en France. Les éditions Toussaint Louverture ont mis plusieurs années à le sortir. Je n’avais pas ressenti un tel choc littéraire depuis bien longtemps… Je termine la trilogie américaine de J. Ellroy (si vous n’avez qu’un polar à lire dans votre vie, c’est celui-là) et suis aussi dans le 4e et dernier tome de Blast, le chef d’œuvre de Manu Larcenet.
Pour les disques, comme tout un chacun, j’écoute Stromae.
Mais vous n’êtes pas forcé de croire l’intégralité de cette interview sur parole.

Retrouvez toutes les dates et autres infos sur le site du groupe myladyshouse.tumblr.com.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :