Logo Sensation Rock

JAKE BUGG, Shangri-La

Jake Bugg Records/Mercury/2013

Tout juste un an après la sortie de son premier opus, le jeune Anglais ne perd pas de temps et enfonce le clou avec Shangri-La.
Et pour montrer qu’il n’a peur de rien, il traverse l’Amérique, va chez Rick Rubin pour l’enregistrement de l’album qui reprend les codes du premier. Bugg revisite le rock des 60’s, le folk et la pop sans aucun complexe et chaque piste est un petit single à lui tout seul (Slumville Sunrise en tube rock imparable, A Song About Love en petite ballade facile). Le gamin de Nottingham connait ses classiques et on sent derrière chaque chanson ses influences : Dylan (Me & You), Oasis (All Your Reasons), Stones (Messed Up Kids) et même la pochette ressemble fortement aux poses de Johnny Cash.
Tout ça marche très bien, est la suite logique de son premier disque éponyme mais la recette arrive vite à ses limites. On pense que Bugg a surtout voulu vite enchainer sur le succès naissant. C’est pourquoi on ne parlera pas encore d’album de la maturité, mais le jour où l’Anglais se posera et travaillera moins de la précipitation pour ne plus se reposer sur ses facilités de compositions indéniables, il pourra insuffler une véritable identité à ses morceaux et pourquoi pas accoucher d’un classique.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :