Logo Sensation Rock

LES ALBUMS OUBLIES : J. TILLMAN, Vacilando Territory Blues & Year In The Kingdom

Western Vinyl/Bella Union/PIAS/2009

Sortis la même année, Vacilando Territory Blues et Year In The Kingdom sont deux albums fondateurs dans la carrière de Josh Tillman. Le premier de ces albums à paraître s’est quand même hissé à la 191ème place des charts anglais et ce, dû au succès des Fleet Foxes, alors célébrés par les médias.
VTB est le résultat de trois tentatives d’enregistrement d’album”, confie le label texan de Tillman en le comparant au chef d’oeuvre de Neil Young, After The Goldrush. C’est vrai qu’à l’instar du disque du Loner de 1970, VTB est à ce jour l’album le plus varié de son auteur (on ne parle pas du projet Father John Misty, bien évidemment…).
On peut y entendre des morceaux joués à la guitare comme No Occasion ou Vessels et puis d’autres très arrangés tels que New Imperial Grand Blues ou Barter Blues. Pour Tillman, l’idée était d’enregistrer un disque rock dans l’esprit de groupe. Il est accompagné ici des fidèles Zach Tillman (son frère, derrière le projet Pearly Gate Music), Jason Merculief (ex-batteur d’Alela Diane, entre autres) et deux membres de Fleet Foxes et Poor Moon (Casey Wescott, Christian Wargo), histoire de donner plus de corps à ses chansons, d’habitude arrangées sobrement. VTB est donc un disque riche traversé par des moments de “pur folk” où les accords de guitare et les harmonies vocales font très bon ménage. On compte parmi ces beaux passages, Firstborn, James Blues ou encore Someone, With Child. Les arrangements sans être exceptionnels révèlent toujours les bonnes idées de ce songwriter à l’époque peu connu mais qui semble avoir pris sa revanche depuis. Les morceaux les plus enlevés tels que Steel On Steel et New Imperial Grand Blues n’ont fait que confirmer l’envie de Josh Tillman de s’émanciper du folk épuré.
Paru quelques mois après VTB, Year In The Kingdom aborde les choses de manière différente. Tillman, toujours aidé de la violoncelliste et choriste Jenna Conrad, de Zach Tillman, du multi-instrumentiste Bill Patton et de Casey Wescott semble vouloir – de par l’écriture qui semble traiter de religion, de spiritualité, de la mémoire – envisager la musique sous un autre angle. La guitare, le banjo, le piano et le dulcimer (sans compter les magnifiques arrangements de cordes et les harmonies vocales de haute voltige) sont les instruments du disque. La voix est mixée en avant. Hormis quelques folksongs pastorales de très bonne facture mais délivrées dans leur plus simple appareil (Year In The Kingdom, Earthly Bodies), Josh Tillman propose des morceaux où les harmonies sont aussi travaillées que chez les Fleet Foxes (Though I Have Wronged You, Howling Light).

Vacilando Territory Blues et Year In The Kingdom, soit deux albums bien différents l’un de l’autre mais qui façonneront à leur manière le personnage et le répertoire de Father John Misty.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :