Logo Sensation Rock

ALELA DIANE, About Farewell

Rusted Blue Records/Believe/PIAS/2013

Après avoir usé nos saphirs sur les vinyls de la belle Américaine, l’avoir vue en concert et avoir suivi ses aventures sur Instagram, on découvrait il y a peu, The Way We Fall, le nouveau morceau qui agrémente la tracklist d’About Farewell. Un premier extrait “officiel” qui montre que cette beauté d’un autre temps en a terminé avec les aventures en famille (Wild Divine, 2011) et revient à quelque chose de plus intimiste, un univers qu’on lui préfère et qui a hissé pour nous To Be Still et The Pirate’s Gospel au rang de must have.
Ce retour aux racines et à un folk plus épuré n’est finalement pas une surprise pour qui aurait vu récemment Alela Diane au festival “Les Femmes S’en Mêlent” ou lors de sa prestation sur la très respectable radio de Seattle KEXP. Ce fut l’occasion pour elle de présenter les prémices de cette nouvelle production solo, qui voit dans l’essence de Colorado Blue ou encore de Lost Land la mélancolie et la pureté qui ont révélé à nos yeux la chanteuse de Portland.
Se confiant il y a peu au blog Voluume.fr, l’Américaine affirmait que les chansons composées pour ce disque lui avaient ouvert les yeux sur sa vie d’alors. Car derrière About Farewell se cache une rupture, comme en témoigne ses paroles à coeur ouvert: “Seven years to you, dear heart, is all that I can give, […] without me, you’ll find just what you need”. Imprégnées d’une évidente mélancolie, les dix titres témoignent également d’une certaine mâturité. Enregistrant et produisant cette album quasiment seule, Alela Diane est revenue aux fondamentaux, a sorti ces arpèges les plus fins (de fameux pickings si caractéristiques), ses choeurs les plus élégants. Cela donne entre autres pépites le désertiqueLost Landet la poignanteRose & Thorns. Fidèle à son style, Alela Diane s’ouvre vers d’autres horizons, comme en témoigne la valse dylanienneNothing I Can Do.
The Way We Fall, titre le plus singulier, hybride, qui dans sa première partie développe une ambiance digne des Texans de Midalke avec cette flûte mélancolique avant de se terminer sur un dernier couplet venu tout droit du Laurel Canyon de CSN. Assurément l’une des plus grandes compositions d’Alela Diane.
About Farewellest un album sobre et plutôt ramassé qui, grâce à la finesse de ses arrangements et à la sincérité de sa créatrice, cette fois totalement indépendante, respire l’élégance et la majestuosité.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :