Logo Sensation Rock

LIVE REPORT: CODY CHESNUTT, Festival GéNéRiQ, La Rodia, Besançon, Vendredi 30 Novembre 2012

Concours de couvre-têtes en tout genre à la SMAC de Besançon ce soir. Stupeflip fait des émules quand on voit ses fans parés d’une cagoule, d’un casque fait maison en alu ou même d’une pieuvre sur la tête. Une autre personne pourrait participer à ce concours ce soir, Cody ChesnuTT et son casque. Et c’est bien le chemin du Club que je prends ce soir, trop vieux pour aller voir un spectacle certainement très stup-stupéfiant.

Heymoonshaker assure la première partie de l’Américain. Un mix original de blues et de beat-box où on saluera la performance de la boite à rythme humaine qui va jusque bout de ses forces ainsi que le jeu de guitare à la Dan Auerbach des premiers Black Keys. Petit changement le temps de voir que le festival de hauts de forme continue.

Cody-Chessnutt 2179Scène minimaliste pour Cody ChesnuTT. Celui qui chantait sur le fabuleux The Seed avec The Roots est en effet seul sur scène. Il alternera les titres à la guitare et au piano, usant parfois de l’autosample, donnant une version intimiste de son album Landing On A Hundred et de son premier disque The Headphone Masterpiece. ChesnuTT profite pleinement de l’ambiance confiné du Club pour échanger avec le public, lui raconter la genèse de ses compositions et intègre totalement l’audience dans son show pour donner le rythme ou faire les chœurs. La voix de ChesnuTT n’est plus à présenter et elle lui permet de porter aussi bien des titres soul que blues, et même quand le micro le lâche en cours de morceaux, le mec d’Atlanta ne perd pas sa bonne humeur. Une heure qui passe bien vite pour un artiste qui aura effectué un retour presque inespéré cette année après dix ans de silence.

Total
0
Shares