Logo Sensation Rock

LIVE REPORT: PIERS FACCINI, Pot’Arts Festival, Tagolsheim (68), Vendredi 21 Septembre 2012

Un vendredi soir dans le Sundgau. Quelques kilomètres à traverser des villages fantômes pour enfin se retrouver face à un chapiteau, apparition presque surréaliste en pleine nuit. C’est ici que se déroulent les concerts du Pot’Arts Festival 2012 et qui ce soir accueille le très classe Piers Faccini. A vue d’oeil, 150 personnes prennent place dans les gradins où le monsieur loyal de la soirée Serge Macri nous présente avec une petite pointe d’humour l’invité de la soirée.

Les lumières s’éteignent pour laisser place à la pénombre, d’où émane New Morning, premier titre intimiste, porté par la voix magnifique de l’Anglo-Italien. Une voix qui à elle seule soutient le morceau, sans pour autant dénigrer l’accompagnement guitare-violoncelle. Faccini délivre un début de show lumineux et ouvre déjà les portes du voyage. Car en effet, c’est une véritable émancipation qu’il va nous faire vivre avec des titres comme Fire In My Head, écrit au milieu du désert méxicain ou encore les compositions deMy Wilderness, totalement imprégnées de la culture orientale. Des lieux et des moments que le musicien nous fait partager, l’Orient au travers de Three Times Betrayed ou la chaleur et la nostalgie du sud italien avec la sérénade Bella Ci Dormi. Avec le dernier titre nommé, il rend hommage à ses racines et plus tard, c’est son pays d’adoption qu’il saluera en jouant sa première composition en français. Un titre très poétique qui laisse entrevoir une nouvelle ouverture pour l’artiste. La poésie qui plus tôt était déjà présente avec la reprise du poète et musicien créole Alain Péters, Manger Pour Le Coeur.
Les musiciens accompagnant Faccini sont les parfaits garants de toutes ces ambiances et démontrent qu’avec juste trois instruments on peut faire naître la magie. Et ils permettent à un titre peut-être moins facile comme If I de trouver sa place au sein de la setlist. Les éléments semblent aussi vouloir se joindre à la soirée, comme lorsque le bruit de la pluie sur la toile se fait plus entendre aux premières notes de A Storm Is Going To Come.
Lancinant avec The Beggar & The Chief, un peu plus pop avec That Cry, folk avec Two Grains Of Sand, Piers Faccini a tout cela en lui. Etre humain attachant, il a su convaincre un public plus venu en curieux que véritables fans, notamment en l’invitant à faire les choeurs sur Tribe.
Des déserts mexicains au Sud de l’Italie, de l’Orient aux îles de l’océan Indien, c’est un véritable voyage musical qu’aura offert Piers Faccini ce soir. De la musique nait des images.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :