Logo Sensation Rock

BOB DYLAN, Tempest

Columbia/Sony/2012

“Gna gna blowin’, gna gna wind…” avaient pu entendre les festivaliers lors du concert froid de Bob Dylan aux dernières Vieilles Charrues, chapitre français du fameux Never Ending Tour, la tournée qui ne finit jamais entamée depuis les années 80…Tempest, 35ème album du songwriter le plus célèbre de la planète dévoile une dizaine de morceaux variés pour ceux qui supportent encore la voix du septuagénaire grincheux.
Le Bob Dylan qui chanta autrefois Blowin’ In The Wind, Lile A Rolling Stone et Shelter From The Storm a bien vieilli et sa voix aussi. Trop nasillard dans les 60’s pour certains, marque de fabrique pour d’autres, le timbre de Dylan divise toujours autant. Prenons Early Roman Kings. Le titre évolue sur un riff bluesy des plus classiques, relevé par un accordéon sur un rythme pèpère. Dylan raconte une histoire avec la voix d’une vieille femme malade et la musique est ennuyeuse et jouée sans grand enthousiasme. Et ça dure plus de neuf minutes ! Autre exemple,Duquesne Whistle est comme son nom l’indique une ritournelle entrainante à siffloter au volant de sa voiture. Mais bon, c’est un papy à la voix éraillée et très abimée qui vous accompagne pendant plus de cinq minutes…”Boring”, diraient les Américains en toussant…Narrow Way est également entrainant, même si les accords ne changent presque jamais. Titre plutôt chouette : Scarlet Town et ses arpèges de banjo.
C’est Dylan lui-même sous l’alias Jack Frost qui produit l’album, un recueil de titres bien écrits et inspirés, qui nous racontent des histoires (un hommage à Lennon, un récit sur le Titanic…) non sans un certain plaisir. Mais pour qui aime le son d’une voix, pour qui privilégie la forme au fond (les non-anglophones, par exemple, qui ne saisiraient pas le sens des textes et tout le talent narratif de Dylan), le problème se pose là.
Il faut donc aimer Dylan de façon inconditionnelle pour écouter ce dernier disque. Celui-ci est certes entrainant et coloré, mais le chant abimé, quasi-faux par moments gâche les retrouvailles.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

PLACEBO, Loud Like Love

Elevator Lady Ltd/Universal/2013 Le nouvel album de Placebo sort aujourd’hui et tout le monde semble s’en foutre royalement,…