Logo Sensation Rock

FLEA, Helen Burns

Téléchargement/2012

L’actu solo des membres (et ex-) des Red Hot Chili Peppers bat son plein cet été. Après John Frusciante, Flea se lance désormais seul, le temps d’un EP pour commencer. Ce n’est pas la première fois qu’on peut entendre le bassiste émancipé des Piments, on pense aux titres I’ve Been Down sur la B.O. de Basketball Diaries, mais c’est une nouveauté de voir un ensemble de compos réunies sur une même production. La plupart des titres ont été écrits après la tournée de Stadium Arcadium et Helen Burns est disponible en téléchargement à prix libre sur le site du Conservatoire de Musique de Silverlake, ce dernier fondé par Flea et qui recevra les bénéfices des ventes du EP. de Flea.

L’ensemble des six pistes de Helen Burns est joué par Flea, trompettiste de formation mais qui assure également piano et boîtes à rythme. Et autant avertir les fans, on est très loin du style Peppers. A l’exception du morceau éponyme, une ballade au piano où Patti Smith vient poser sa voix rauque, le reste du disque est instrumental. Instrumental et expérimental. Balzary semble heureux de retrouver son premier instrument, et n’hésite pas à l’emmener vers des horizons originales, loin de l’utilité première qu’on se fait de la trompette. Le morceaux en deux parties 333 en témoigne, où après une ouverture jazz, le cuivre sonne comme une guitare et suit le rythme de beats pour une grande explosion électro. Qui reste cependant difficile à apprivoiser. On préfère en effet quand Flea laisse place à la rêverie (Pedestal Of Infamy) ou à des moments cristallins accompagnés d’une chorale (Lovelovelove). Des morceaux peut être moins osés mais qui mettent en lumière un certain talent de mélodiste de l’Australien.

Cette première excursion surprenante mais néanmoins réussie de Flea démontre qu’il y a une vie en dehors de l’institution pepperienne.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

Peau, Première mue

Iris Music mars 2010 Cette Première mue s’ouvre sur une rythmique glacée et une voix menue, plus susurrée…