Logo Sensation Rock

BIRTH OF JOY, Hyper Focus

Souvent considérés comme des machines de guerre ou des bêtes de concert, les Néerlandais de Birth of joy sortent entre deux dates leur cinquième album intitulé Hyper focus.

Birth of joy, c’est qui?

Groupe fondé en 2005 aux Pays-Bas, le trio comprend Kevin Stonnerberg à la guitare et au chant, Bob Hagenelst à la batterie et enfin Gertjan Gutman au clavier et à la basse.

Assimilés couramment à la vague néo-rétro (les sonorités des années 60/70 jouées par la nouvelle génération) le groupe est très vite comparé aux Doors. Le trio est plus adepte du clavier « à la Manzarek » que de la traditionnelle basse. Le chanteur est souvent associé quant à lui à Jim Morrison pour ses prestations, son charisme, ses mimiques. Musique rock psyché des 60’s, l’ambiance d’époque et l’ombre planante des ainés inspire largement le groupe. Sur scène, les trois compères se donnent corps et âmes et proposent des prestations dingues, pleines d’énergie, sans concession. Leurs shows sont intenses, leur musique endiablée et énergique. Poliment dit, ça déménage.

Hyper Focus c’est quoi?

C’est tout simplement le 5ème album du groupe. Abonnés depuis leurs débuts au style blues rock psyché, les bataves ont d’abord surpris par leur fraîcheur, séduits par leur fougue et enfin fidéliser leur public par la qualité de leur musique. Leurs précédents albums s’inscrivent légitimement dans le paysage rock des années 2010, s’inspirant de la plus belle des manières de groupe comme MC5,Led Zep ou une fois de plus des Doors.

Sur Hyper focus, la donne est quelque peu différente. La trame principale du disque reste la même,  leur ADN musical reste inchangé. Energie, claviers, groove qui envoie, pas de doutes sur l’identité des auteurs. Le premier titre Hyper focus en est la preuve, un peu plus loin sur l’album Let it slide et Riff Raff corroborent ce sentiment. Les Pays bas, l’autre pays du rock.

Cependant, les Birth of joy ont cherché à étendre un peu leur champ d’action. Ne se cantonnant plus seulement à un seul style d’influences, ils expérimentent un côté un petit plus jazz (Forenoon) voir un peu plus stoner (White hammer ou Poor Duffy). C’est plutôt réussi et le mélange des chansons énergiques et un peu plus calmes est bien fait. Malgré tout, une certaine monotonie ou disons une certaine longueur se fait ressentir. L’album de 51 minutes peut paraitre un peu long durant les premières écoutes. Les trois anecdotiques interludes dispersés tout au long du disque n’y changent rien.

On en pense quoi?

Ce Hyper Focus à le mérite de s’éloigner un petit peu de ce que le groupe a pu faire jusqu’a présent. Les chansons stylées old school revisitées sauce moderne sonnent bien, la prestation est maitrisée, l’inspiration est présente.  Sans oublier leurs racines, ils ont cherché à faire un pas de côté, à tenter d’autres choses musicales et c’est tout à leur honneur. Cela ne va pas chercher bien loin, mais c’est à noter tout de même. Plus généralement, l’album de bonne facture n’est pas le meilleur du groupe, pas le plus original non plus, mais il dispose largement de quoi ravir tous les aficionados sans jamais laisser le sentiment de réchauffé s’installer. Les non initiés quant à eux, trouveront ici une belle première approche de ce groupe talentueux.

 

  • Charles MAIRE

 

 


 

Artiste: Birth of joy

Album: Hyper focus

Label: Gitterhouse

Sortie:16 février 2018

Genre: Blues rock psyché

Catégorie: Album rock

Total
1
Shares
Related Posts