Logo Sensation Rock

DEATH IN VEGAS, Trans-Love Energies

Portobello Records/Differ-Ant/2011

Sept ans que Richard Fearless n’avait pas sorti d’album sous l’entité Death In Vegas. Pas d’actu depuis tout ce temps pour l’auteur de Dirge et Girls, morceaux sombres et tubesques présents sur les deux excellents Contino Sessions (1999) et Scorpio Rising (2002).
Après l’expérience rock aux USA en compagnie du groupe Black Acid, Fearless, désormais libre de tout contrat de maison de disques, délivre un nouvel album, mélange d’électro et de rock obscurs.
Débutant l’ouvrage de manière très noire, Fearless entonne un chant lent et hanté (Silver Time Machine) et change de trajectoire dès le deuxième titre, un Black Hole très énergique à caser quelque part entre le garage rock des 70’s, école Stooges et le shoegazing tendance My Bloody Valentine. Pas d’inquiétude, on est bien chez Death In Vegas, le mélange des genres est là.
Le Londonien, seul maître à bord mais parfois accompagnée par Katie Stelmanis, chanteuse d’Austra, lorgne également vers le minimalisme de Kraftwerk (Your Loft My Acid) et signe au passage quelques titres énigmatiques, entêtants (Coum, Scissors) et très cinématographiques (Savage Love).
Peut-être pas l’œuvre la plus réussie de son auteur, Trans-Love Energies marie les genres, diversifie les sonorités pour rappeler que Fearless est resté l’un des metteurs en son les plus intéressants de sa génération.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :