V/A, Rave On Buddy Holly

Fantasy/MPL/Universal/2011

Album hommage à la légende des 50’s, Rave On Buddy Holly ou le compagnon idéal pour partir en vacances.
Décédé à l’âge de 22 ans dans un crash d’avion en 1959, Buddy Holly a déjà fait l’objet de maintes relectures de ses classiques. Paru cette semaine, ce nouveau recueil de covers comporte une quinzaine de morceaux et réunit la crème de la scène indé, plutôt américaine.

C’est le duo Black Keys qui s’y colle pour démarrer cette bonne compilation. Dearest : voix reverbérée et petite batterie, la recette fait penser aux productions de l’époque avec ce sens du groove que possède la paire d’Akron, Ohio. Fiona Apple reprend la succulente Everyday, véritable hymne vacancier. Macca sâture sa voix et des chœurs l’accompagnent sur It’s So Easy. Le fan liverpudlien ultime s’en donne à cœur joie pour rendre hommage à l’un de ses maîtres. Plus loin, c’est cette fofolle de Florence + The Machine qui se démène – vocalement, c’est une baffe qu’on prend – dans un blues déjanté. Autre foufou de choix, Cee-Lo Green de Gnarls Barkley se lance dans une reprise géniale de (You’re so square) Baby, I Don’t Care. Plié en 1’’30, le morceau idéal pour se filer la pêche le matin. Karen Elson et son (futur) ex-mari Jack White troussent quant à eux une version de Crying, Waiting, Hoping plus convientionnelle mais pas dénuée de charme.

Pour reprendre Rave On, l’un des plus beaux titres de Buddy, c’est Julian Casablancas qui s’y colle à son tour. Un peu bancale, la reprise du New-Yorkais convainc moins que celle de M. Ward sur son album Hold Time (4AD/Naïve/2009). D’ailleurs M. Ward et Zooey Deschanel alias She & Him jouent ensemble un Oh Boy très ravissant et tout à fait dans l’esprit de Buddy Holly. M. Ward fait d’ailleurs péter un excellent solo de guitare.
Jenny O, une inconnue au bataillon, se fend d’une relecture de I’m Gonna Love You Too toute en voix, très charmante et à ranger vocalement près de la tout aussi craquante Julia Stone.
Côté voix, on est quand même hyper bien servi sur cette compil : la rocailleuse Patti Smith livre une ballade reposante, Words Of Love. Idem pour Jim James et ses My Morning Jacket pour True Love Ways. Seule erreur de casting : Kid Rock. L’ex de Pamela Anderson livre son interprétation de Well All Right un peu trop sucrée, presque too much. Peggy Sue est, quant à elle, un peu mise à mal par Lou Reed et un lot de guitares sâturées et de mauvais claviers. Mais bon, cette bonne vieille Peggy se relève toujours et se marie même, comme le rappelle un certain John Doe. C’est le grand Graham Nash qui termine ce très bon recueil de chansons de Buddy Holly avec Raining In My ♥, une ballade au piano (et ce beau déluge de cordes) tout à fait réussie.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :