Logo Sensation Rock

MIND AFFECT – EMMA

Partons à la découverte d’un petit combo bien gaulois baptisé Mind affect. Formation basée à Levallois, Mind affect est un trio composé de Alan Marion, Hugo Deyrieu et Adrien Bukudjian. Son arrivée dans la musique est récente, ne datant que de deux ans.

Jusqu’alors, le trio n’avait sorti que quelques morceaux disséminés par-ci par-là et voilà qu’un LP vient de voir le jour et quel LP, un opus ne comportant pas moins de douze morceaux: pour un premier, ils ont vraiment fait fort les petits gars de la banlieue francilienne!

Cet album s’intitule Emma, se partageant entre ballades oniriques et compos rock bien péchues.

Les fans de The Verve s’y retrouveront sans souci et ne seront donc nullement dépaysés. En effet, la voix du chanteur ressemble comme une jumelle à celle de Richard Ashcroft, surtout sur le morceau Pure qui est l’une des somptueuses ballades de cet album.

Certains exprimeront sans doute une déception quant aux diverses compos interprétées sur le même rythme, ce n’est pas forcément un handicap. Les guitares résonnent sur les intonations de voix de ce Richard Ashcroft bis qui pourtant garde sa propre personnalité.

Quelques accords de claviers sont aussi présents sur certains morceaux, on les retrouve notamment au tout début de Blind et dans Moon où la guitare est comme aux abonnés absents.

On se régale purement et simplement à l’écoute de ces compos planantes et feutrées que sont le morceau d’ouverture Emma, Pure bien sûr ou encore A M D M.

The Verve n’est jamais bien loin mais il y a les grosses guitares qui nous en éloignent.

Black Riding Hood, Humdrum et Moon se démarquent du reste, ces trois morceaux s’avérant plus entraînants et dynamiques.

On notera aussi le superbe enchaînement entre le court instrumental Catch the Future de seulement une minute cinquante-huit et le sulfureux Futuristic, comme si les deux morceaux n’en faisaient plus qu’un divisé en deux temps : Catch the Future est lent et soporifique, tandis que Futuristic déménage un max!

Mutate poursuit sur cette lancée quand Now she knows, autre très court instru, conclue cet album en douceur. On se dit alors qu’on aurait bien voulu que ça continue!

Ce premier LP est pour les franciliens de Mind affect un grand saut dans l’inconnu, exercice que le trio n’a absolument pas raté. On dit tellement souvent que le premier album est un pas de géant, qu’un groupe est déjà attendu au tournant.

Emma et ses douze compos sont un délicieux moment de musique à partager, Mind affect la petite sensation rock de cette fin d’année. A charge désormais pour les petits gars de Levallois de confirmer tout le potentiel affiché sur ce premier LP.

Emma de Mind affect : l’album de la révélation!

Jean-Christophe Tannières

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

Diiv, Deceiver.

Les new-yorkais de Diiv (plus exactement de Brooklyn), toujours emmenés par leur guitariste et chanteur Zachary Cole Smith,…
%d blogueurs aiment cette page :