Logo Sensation Rock

Sea Girls, Homesick

Dieu que l’attente fut longue et irrespirable pour les inconditionnels de Sea Girls! Homesick, le second LP de la formation londonienne, vient enfin de sortir de terre! D’abord annoncé pour le 14 janvier, il a été repoussé au 25 mars puis, oh la bonne surprise, reculé d’une semaine et le voici donc!

Open Up Your Head, le premier album de Sea Girls, manquait cruellement d’intensité et de relief, tristement comparable à du Two Door Cinema Club dont la date de péremption aurait expiré depuis bien longtemps: plus de boum boum techno que du rock! On se demande ce que les gens qui ont acheté cet album en Grande-Bretagne avaient pu y trouver de bien pour quil soit classé dans le tiercé des meilleurs ventes de 2021! Mais laissons Open Up Your Head aux souvenirs et pour ce qu’il est, surtout maintenant qu’Homesick est arrivé! Henry Camamile et sa bande, à notre grand dam, nous ont effectivement offert une livraison à laquelle, il faut le dire, on ne s’attendait pas venant de leur part. Les trois premiers singles dévoilés, c’est-à-dire Sick, Again Again et surtout le Hometown se sont mis en devoir de nous faire le teasing de cet Homesick. Nous avions là affaire à trois tubes tout en guitares et aux paroles entêtantes, de ces morceaux qui marquent les esprits pour longtemps.
À leur tour, Sleeping With You et Lonely ont débarqué avant, cette fois, le contingent d’inédits qui ont confirmé cet état de grâce des britanniques.
Homesick comprend 11 morceaux pour la version light et 13 pour la version bonus sur laquelle apparaissent Watch Your Step et une magnifique ballade intitulée I Got You. Les versions bonus ne valent pas toujours le coup, inutiles, mais là reconnaissons que ces deux morceaux supplémentaires sont loin d’être insignifiants.

Ce second LP de Sea Girls aborde de multiples thèmes: l’amour et l’amitié (Sleeping With You, Friends), la maladie (Sick, Paracetamol Blues) ou encore les complications de l’adolescence, notamment dans Again Again.
Pourtant peu prolixe lors des interviews, le chanteur et guitariste Henry Camamile a tenu le propos suivant qui, à lui seul, résume le leitmotiv de cet album: « toutes les chansons sont venues après le début de la pandémie, thématiquement ça a intensifié les choses. J’ai ainsi réfléchi sur la mort et à ce que cela signifie d’être en vie. »

Sleeping With You, l’une des compos les plus pop de Homesick, évoque la complexité d’une relation amoureuse actuelle, laquelle se voit parasitée par l’ancienne dont on a toutes les peines du monde à se défaire. « I’ve Never Forget Her » dit Henry, cela traduit bien le malaise régnant sur cette relation actuelle.
Again Again, quant à lui, fait le récit de l’adolescence difficile d’Henry Camamile, racontée par lui-même.

Musicalement parlant, avec Homesick, Sea Girls ont opéré un virage à 180 degrés, tendant vers les sonorités rock. Comment ne pas faire le lien, à l’écoute d’Again Again ou de Hometown, avec les compos de Snow Patrol (voire des Killers), pas une ineptie puisque Jacknife Lee, producteur de ces deux formations, s’est montré très actif dans l’élaboration de Homesick. On comprend alors mieux pourquoi le flamboyant Hometown, meilleur morceau de l’album s’il en est, fait ressortir une patte Snow Patrol évidente, qui saute aux oreilles. Une vidéo de la Brixton Academy de Londres est paru simultanément avec Hometown, sur laquelle furent mis en lumière des interviews de fans de Sea Girls et des extraits d’un concert ayant eu lieu à guichets fermés, à la Brixton Academy justement.

Homesick est musicalement scindé en deux parties: morceaux à majorité rock (Lucky, Paracetamol Blues ou même Higher) et compos renfermant un côté plus pop tels que l’entêtant Lonely, Sleeping With You ou encore, bien sûr, ce sympathique I Got You.
À l’époque d’Open Up Your Head, qui aurait alors pu imaginer les londoniens sur un tel créneau! Être capable de nous pondre cinq singles d’un tel acabit relève d’une réelle inspiration, faisant incontestablement de Homesick l’un des albums du mois et même, n’ayons pas peur des mots, de l’année. Où donc Sea Girls est allé chercher cette imagination, ce supplément d’âme qui, grâce à ce second opus, constitue désormais tout le charme de Henry Camamile et de ses acolytes. Ainsi, Lonely se démarque de Hometown et I Got You diffère de Paracetamol Blues. Allez, soyons fous, pourquoi ne pas dire encore que les entraînants Lucky et Again Again sont aux antipodes de Friends. Tant et tant de différences qui expriment la variété et la richesse musicale de Homesick.

Conquis par Sea Girls, il est certain que nous le sommes. Open Up Your Head avait déçu on l’a dit, Homesick permet aux londoniens de franchir un pas de géant vers la reconnaissance des médias. La formation de Henry Camamile était déjà adulée de ses fans mais demeurait boudée par la presse. Nul doute que Homesick va s’atteler à bouleverser cet échiquier et il le mérite amplement. Polydor Records, label distributeur de cet album, a visiblement eu du flair!

Homesick de Sea Girls: tous les chemins mènent à la consécration!

Jean-Christophe Tannieres

Total
10
Shares
Related Posts