Logo Sensation Rock

HOOVERPHONIC + ZIMMIA, le vendredi 18 février 2022, La Laiterie – Grande Salle, Strasbourg (67)

Ce 18 février 2022 c’est la reprise des concerts! … Enfin c’est la 3e ou 4e fois que j’écris ceci. A peine croyable tant cette pandémie affecte le monde de la culture et en particulier celui des spectacles vivants. Et p’ être que c’est pas la dernière fois. Pfff,… Reprenons, donc La Laiterie est heureuse de remettre le couvert en ce début de weekend avec une formation familière, Hooverphonic elle aussi heureuse de revenir dans un lieu qui l’avait accueilli dès ses débuts aux cours des années 1990 et dont l’affiche trône encore fièrement dans le hall d’accueil aux côtés de celles de Radiohead, Rammstein ou The White Stripes. Et oui, La Laiterie c’est mythique.

 

ZIMMIA

La soirée a démarré avec Zimmia, groupe hexagonal ayant travaillé avec soin sa scénographie (!) et évoluant dans un genre mêlant pop cristalline grâce à un clavier remarquable ( on pense parfois à Sébastien Tellier), motifs groovy portés par une basse et une batterie dynamique rappelant ici ou là Jamiroquai et une voix féminine puissante et non moins envoutante. En conclusion, une entrée en matière efficace et de qualité.

Zimmia, un nom à garder à l’esprit et à suivre d’une oreille pour la suite.

 

HOOVERPHONIC

Dès les premiers notes, Hooverphonic donne le ton pour cette soirée: ce sera un florilège de “tubes” – mot cher au bassiste Alex Callier car plus chantant que “hits” – qui est donné à entendre : 2 wicky, Eden, Badaboum, Mad about you, Jackie Cane, etc. Tout y passe pendant presque 2h de tour de chant.

L’assistance cosmopolite – on apprendra au cours d’un interlude entre le 4-cordiste et le public, qu’ici ce soir à Strasbourg il y a entre autres des Français (étonnant…), des Allemands (rarissime!), des compatriotes belges (attention, des Flamands!), des Russes, des Indiens et même un Brésilien – se délecte de ces moments de musique onirique, puisant essentiellement dans le tonneau de la trip hop ainsi que de pouvoir de nouveau échanger avec un groupe à la générosité non feinte.

 

-Mots et crédit photos: Benoît GILBERT

Total
1
Shares
Related Posts