Logo Sensation Rock

The Joy Formidable / Into The Blue

Le trio gallois The Joy Formidable effectue son retour avec Into The Blue, le cinquième album de cette formation drivée par la chanteuse Ritzy Bryan. Ce nouvel effort succède à Aaarth paru en 2018.

Into The Blue a été conçu entre le Pays de Galles (berceau du groupe) et un studio basé dans l’Utah où Ritzy et ses boys ont désormais un pied à terre.

Avec ce cinquième album, The Joy Formidable souffle le chaud et le froid, alternant morceaux porteurs d’espoirs et compos soporifiques, voire même quelque peu ennuyeuses.

Tout débute pourtant idéalement bien sur le single Into The Blue dont justement l’album porte le titre. Ritzy montre qu’elle a hâte d’en découdre avec le public tandis que les guitares, à la manière de Manic Street Preachers (gallois eux aussi), résonnent à l’infini et sur un ton hyper aïgu. Tel un coureur de longue distance, le trio donne beaucoup trop dès l’entame, la conséquence étant que les cartouches sont vite brûlées avec, à la clé, un réel essoufflement. Plus d’énergie, plus d’essence dans le moteur! Gotta Feed My Dog, Chimes ou encore Interval sont trop pops, fades et insipides.

The Joy Formidable semble toutefois reprendre quelques couleurs et un peu de verve sur Back To Nothing, autre single dévoilé avant la sortie de cet album (à croire que les singles sont les meilleurs morceaux)! Into The Blue et Back To Nothing pouvaient nous laisser espérer une belle livraison des gallois mais hélas, au vu de certaines compos comme Gotta Feed My Dog ou Somewhere New, force est de constater que l’on déchante littéralement!

The Joy Formidable, dans cet Into The Blue, tire son épingle du jeu avec Farrago, Bring It To The Front et bien sûr Back To Nothing qui se révèlent être des ballades sympathiques à écouter, toujours influencées Manic qui, il faut le croire, sont une véritable source d’inspiration pour Ritzy Bryan et son tandem masculin. Ritzy qui, sur le court Somewhere New, s’offre un peu de repos au chant, laissant la vedette à l’un des garçons. On se démarque alors totalement du style rock sans fioritures de The Joy Formidable.

Le trio gallois termine ce LP de 11 morceaux comme il l’avait commencé, c’est-à-dire en fanfare avec Only Once (trépidant à souhait) et Left Too Soon, ballade bien langoureuse. Le meilleur pour la fin car Only Once compte 5 minutes, tandis que Left Too Soon procure 6 minutes 13 de bonheur intense. Sur cette ballade finale, The Joy Formidable renoue avec un certain psychédélisme, lequel se manifeste par des sons aériens de guitare.

Into The Blue, tel que bien d’autres albums, ne fera que passer dans la mémoire collective de tout bon rockeur qui se respecte mais, néanmoins, n’est pas complètement à jeter, nous réservant quelques bons moments comme par exemple Farrago, Left Too Soon ainsi que les singles Back To Nothing et Into The Blue. Les gallois ont rendu meilleure copie même si, c’est vrai, cela aurait pu être bien pire.

Si nous étions examinateurs au baccalauréat et que l’album Into The Blue passait à la casserole, il conviendrait de lui attribuer une mention passable mais, blague à part, nous sommes loin de tout ça et, par conséquent, nous nous contenterons de dire que ce cinquième album de The Joy Formidable nous laisse sur notre fin, terriblement décevant au regard des attentes escomptées. Il reste cependant que chacun est libre de se faire son opinion.

Into The Blue de The Joy Formidable, un album au goût amer et d’inachevé!

Total
1
Shares
Related Posts
Read More

BEIRUT, NO NO NO

Quatre ans après The Rip Tide, Beirut, le groupe pop-folk américain mené par le charismatique Zach Condon, dévoile…