Logo Sensation Rock

Afterglow, What Lies Beyond (EP)

Les lyonnais d’Afterglow sont enfin de retour!

Le quatuor nous revient avec un nouvel EP intitulé What Lies Beyond sorti le 4 juin.

Pour mémoire, on doit déjà à Afterglow l’EP Shades Of Life et, en 2016, la BO du film La planque réalisé par Arnaud Tourangin (le morceau s’appelait Hideout).

Les lyonnais drivés par leur leader Simon delicata, en dépit de cette absence, n’ont en rien dérogé aux bonnes habitudes: un rock alternatif flamboyant autant qu’explosif auquel s’ajoute une bonne touche de grunge estampillé 90’s. Les fans de Foo Fighters, Silverchair ou encore Muse dans leur période bon rock ne sauraient contredire ce propos.

What Lies Beyond a été mixé et masterisé par Fabrice Boy au Warm Audio Studio.

Cinq morceaux composent ce nouvel effort du quatuor lyonnais mais de longue durée, à l’exception de Whatever It Takes paru en single et effectivement bien taillé pour les radios (durée de 2 minutes 44).

C’est Wake Me Down, inversement le morceau le plus long de l’EP, qui ouvre le feu sans préambule! La longue intro instrumentale et des riffs de guitare à la Foo Fighters donnent déjà le ton de ce qui nous attend: Olivier s’excite derrière ses fûts quand les guitaristes Simon et Nicolas font gronder leurs guitares à tout bout de champ alors que le même Simon, en plein boom dès l’attaque, donne le meilleur de lui dans le rôle de chanteur cette fois-ci.

Une orchestration et une vocalisation dont résulte un morceau de 6 minutes 5 mais que l’on aimerait pourtant voir se prolonger. Malgré un rythme lent, Wake Me Down fleure bon le rock alternatif qui envoie du lourd!

Le radiophonique Whatever It Takes fait quelque peu retomber l’adrénaline, les guitares se montrant moins saignantes et la voix de Simon plus posée.

Dès la première écoute, on s’approprie Whatever It Takes et Afterglow en se disant d’emblée: « mais c’est génial ce qu’ils font ces petits gars, comment ils s’appellent déjà? Ah oui, Afterglow, petits gones de grand talent! »

On repart pour un tour dans les riffs de guitares acérés avec Escape The Cycle qui ressemble trait pour trait à Wake Me Down.

Cette compo est influencée Muse, tant par la puissance vocale de Simon que dans le jeu de guitares. Là aussi, les lyonnais nous gratifient d’un morceau fleuve de 5 minutes 14, du bonheur à l’état pur!

Le style d’Afterglow peut aussi rappeler, musicalement comme vocalement, les grandes heures de Slide On Venus, défunt groupe rock bizontin. Le remuant You Don’t Have To Be The One en est l’exemple, morceau que Slide On Venus n’aurait pas renié tellement la rythmique est comparable à ce que proposaient nos bizontins aujourd’hui éparpillés aux quatre vents. Afterglow est là pour ne pas nous faire oublier les Slide!

Do You Find My Way, épilogue de cet EP, arrive avec son cortège de bonnes grattes mais aussi de piano et de superbes choeurs, lesquels ont sans doute été constitués de proches du groupe venus pousser la chansonnette. Ils ont d’ailleurs été grandement remerciés par Afterglow pour leur active participation à l’enregistrement.

Do You Find My Way clôture l’EP mais pourrait aussi être le clap de fin des concerts d’Afterglow lorsque ceux-ci reprendront. Le publique ferait superbement l’affaire pour la partie choeurs!

Avec Wake Me Down et Escape The Cycle, Do You Find My Way est l’un des morceaux les plus dantesques de l’EP: du bon gros rock grunge et alternatif prolongé, un show divin semblant interminable. Le quatuor, Simon en tête, est plus que jamais au taquet! Afterglow nous offre une prestation digne d’un concert où, bien hélas, le publique est absent.

Do You Find My Way, au classement des morceaux du plus long au plus cours, arrive en deuxième position derrière les 6 minutes 5 de Wake Me Down (Do You Find My Way fait 5 minutes 52).

Résultat des courses, les lyonnais d’Afterglow nous ont régalé et n’ont donc pas déçu nos attentes!

What Lies Beyond, bien que comprenant seulement cinq morceaux, tape comme il faut dans le bon gros rock. Simon, Nicolas, Jean-Baptiste et Olivier ont interprété leurs compos à la perfection, évoluant à l’unisson et en parfaite harmonie: certains accordent leurs violons, les quatre petits gones d’Afterglow accordent guitares, batterie, basse et voix!

L’album rock de l’année, même un EP, What Lies Beyond d’Afterglow peut légitimement prétendre à cette distinction tant les cinq compos qui le constituent sont de haute volée. Au total 24 minutes de rock surpuissant qui n’amuse nullement la galerie!

Le quatuor a fourni il est vrai un boulot énorme mais il convient de rendre l’hommage dû à Fabrice Boy et au Warm Audio Studio qui ont une grande part de responsabilité dans la réussite de cet opus. Des gens pour mixé et masterisé, il en faut, il n’y a pas que les groupes qui font le travail.

What Lies Beyond, si vous l’attendiez impatiemment, est désormais disponible alors, dès à présent, jetez-vous dessus et vous passerez certes un court moment mais, à coup sûr, grandiose en terme de rock alternatif/grunge!

What Lies Beyond d’Afterglow: l’album qui va rendre votre été bien rock!

Jean-Christophe Tannieres

Total
1
Shares
Related Posts

ANA, Secret Garden

Neuronexion/CD1D/Believe/2011 Ana, duo venu du Mans, c’est une voix et une guitare. Secret Garden dévoile leur univers, fait…