Logo Sensation Rock

INTERVIEW : TVAM

TVAM vient de sortir un excellent premier album, Psychic Data, qui mélange avec une grande intelligence électro, psychédélisme et mur du son à la My Bloody Valentine. Nous avons eu la chance de rencontrer Joe Oxley avant son concert Parisien. Un retour en France est prévu le printemps prochain. On l’attend déjà avec impatience.

Sensation Rock : Tu es producteur. J’imagine que cela t’a aidé pour réaliser ce premier album ? 

Joe Oxley : « Oui. J’ai produit plusieurs artistes. Je me produis moi-même. J’ai en permanence de nouvelles idées, j’apprends et cela m’aide à avancer. »

 

Sensation Rock : Pour toi, quelle est la différence entre ton travail de producteur et celui de musicien ?

« C’est à peu près similaire. A la différence que lorsque tu es producteur, tu n’as pas le contrôle total. Quand tu es songwriter, tu fais ce dont tu as envie. Tu es libre de faire les choses comme tu les sens, de les changer si tu veux les changer. »

 

Sensation Rock : Tu voulais absolument que Dean Honer mixe l’album ?

« J’aime ce qu’il a fait avec Moonlandingz dont je suis fan, tout comme son travail avec Add N to (X). »

 

Sensation Rock : Dans ton album, tu mêles des éléments electro, d’autres shoegaze avec un son qui rappelle parfois My Bloody Valentine.

« J’adore My Bloody Valentine. Ce mur du son avec de la distorsion, ça me plaît. Je n’ai pas voulu sur l’album faire sonner ceci électro ou ceci rock. Cela s’est mélangé de façon naturelle. Je ne pense pas à l’avance à ce que vers quoi je vais aller. J’aime beaucoup le garage 60’s mais aussi des trucs dansants. Du coup tout se mêle. »

 

Sensation Rock : Il y a deux morceaux de l’album, These are not your memories et Narcissus qui sont entrés en playlist sur BBC6 Music. J’imagine que cela a été un immense plaisir pour toi ?

« C’était surréel. En Angleterre, les gens écoutent BBC 6. Cela te donne de la crédibilité. BBC6 m’a beaucoup aidé. Cela fait plaisir. »

 

Sensation Rock : Le morceau Psychic Data a été utilisé par la marque de vêtement de David Beckham, Kent and Curwen. Cela t’a surpris ? 

« Oui, toutes ces choses qui arrivent me surprennent. C’est impossible de savoir quand tu écris un morceau si ça plaira ou non aux gens. Il est impossible d’imaginer quelles seront leurs réactions. »

Sensation Rock : Sur l’album, il y a de longs morceaux et des titres très courts. Ce sont comme des interludes ? 

« Oui. Je fais des vidéos en même temps que je fais de la musique. Les deux s’influencent mutuellement. Ces courts morceaux sont comme des pubs avant de passer à autre chose. »

 

Sensation Rock : La musique dansante, tout comme celle de groupes comme Spacemen 3 sont très différentes mais ont en commun un côté hypnotique. On retrouve cela dans ton disque.

« Je suis fan de Spacemen 3 et de ce genre de musique. J’aime la répétition. Un morceau avec un côté répétitif donne ce côté hypnotique. J’aime qu’il y ait de la mélodie mais qu’on trouve par  dessus cette vibe hypnotique. »

 

Sensation Rock : Tu utilises le psychédélisme mais sans être un puriste du genre.

« J’ai été dans un groupe garage avec ce côté puriste, avoir des instruments 60’s, des amplis 60’s mais j’aime bien mélanger les genres. C’est intéressant de faire coexister différents genres dans sa musique. »

 

Sensation Rock : Porsche Majeure sonne comme la Bo d’un film d’horreur des années 80. 

« C’est le synthé qui donne ce son. Le morceau a été davantage composé à partir de synthés que de guitares. C’est sans doute pour ça. C’est vrai qu’il y a un son à la Carpenter dans ce titre. J’utilise un synthé de la fin des années 80 qui donne ce style de son. Mais c’était aussi le synthé qu’utilisaient les groupes de la fin des 80’s à Top of the Pops. J’ai grandi avec ce son. »

 

Sensation Rock : No Silver Bird que tu as sorti pour le Record Store Day est une reprise d’un obscur groupe psyché, The Hooterville Trolley.

« A Wigan d’où je viens, mes amis sont à fond dans la culture garage. Ils m’ont fait découvrir ce disque. J’ai beaucoup aimé car c’est psyché mais différent. Cela ne sonne pas LSD-trippie classique. Il y a un côté groove dans le morceau. C’est vraiment un titre étrange, à part. »

 

Sensation Rock : En live tu utilises des écrans vidéos. Tu vois plus tes shows comme de classiques shows rock ou comme des performances artistiques ?

« Ce sont les deux. Des gens peuvent le voir comme un classique rock show et danser. Mais on peut le voir aussi comme une performance. Les deux me vont. »

 

Sensation Rock : Tu as eu d’excellentes critiques en Angleterre. Cela t’a étonné ces retours aussi positifs ?

« Cela surprend toujours. Je connais ma réaction face à ma musique mais connaître la réaction des gens, c’est totalement différent. J’ai été top 10 à Picadilly Records à Manchester qui est le plus gros magasin de disque du Nord de l’Angleterre. Cela fait quelque chose. »

 

Sensation Rock : Que représente la pochette du disque ?

« Je ne sais pas si elle représente quelque chose de particulier. Elle vient d’une vidéo que j’ai faite avec un ami. Elle représente la nature mais elle peut signifier de nombreuses autres choses. Cette image allait bien avec ma musique. C’est pour cela que je l’ai prise. »

 

Propos recueillis par Pierre-Arnaud Jonard

 

Total
36
Shares
Related Posts