Logo Sensation Rock

PALACE, Life after

Trois ans après So long forever, le quatuor britannique Palace effectue son grand retour avec Life after, leur second opus qui se révèle, à son écoute, être dans la continuité de So long forever et instaure définitivement le style Palace. Le moins que l’on puisse dire c’est que la recette qui a fait le succès du groupe « so british » en 2016 a de nouveau fonctionné à merveille ! Life after est constitué de 11 morceaux, faisant tous la part belle aux riffs clinquants des guitares et à la sublime voix de Leo Wyndham qui nous hypnotise dès le début de cet album.

Life after débute précisément avec le morceau au titre éponyme Life after et nous signifie par là même que le ton de cet album est donné, tel le coup d’envoi d’un match de foot ou de rugby. La guitare et la voix haut perchée de Leo font d’emblée, comme sur So long forever, très bon ménage et s’accordent sans fausses notes à l’unisson. On enchaîne avec Berlin,  l’une des nombreuses et au combien somptueuses ballades de ce Life after. Le rythme s’intensifie avec le génial Younger qui a tout d’un futur single en puissance avec, répété à l’envi, ce « we were younger » qui achève de nous convaincre, s’il en était encore besoin, que Palace est au sommet de son art. Retour aux grandes émotions avec l’excellent Martyr et Face in the crowd, lequel n’est pas sans nous rappeler Holy smoke, single extrait de So long forever qui a propulsé le groupe britannique sur la scène rock en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. No other, le premier single dévoilé, est du même acabit à l’instar du fabuleux All in my stride, morceau interprété uniquement par le tandem guitare/voix. Mais
Palace, ce n’est pas que de la douceur et de l’émotion, c’est aussi de l’engagement et du rythme, témoin le dernier single en date intitulé Running wild où la batterie apporte sa pleine contribution. Life after se termine par Heaven up there, ballade d’anthologie qui ne dure pas moins de sept minutes, rien que ça! La meilleure des façons de clore ce magnifique LP avec ce pur joyau qu’est Heaven up there et qui figurera, à n’en pas douter, parmi les grands standards de Palace tous albums confondus.

Life after est donc pour les britanniques l’album de la confirmation, la bande à Leo ne s’étant pas endormie sur ses lauriers. Les singles Fire in the sky et Holy smoke ont désormais leurs successeurs, ils
s’appellent No other, Martyr, Running wild et pourquoi pas, dans l’avenir, d’autres morceaux comme Younger ou encore Face in the crowd. De nombreux éléments (inspiration fertile, géniaux riffs de guitares, voix d’ange de Leo Wyndham) tendent à nous prouver que Palace ne s’arrêtera pas en si bon chemin ! Notre quatuor a toutes les cartes en main pour faire encore et toujours mieux !

-Jean-Christophe Tannieres

(Palace, Martyr)

 

Total
11
Shares
Related Posts