Logo Sensation Rock

THE NATIONAL, I’m easy to find

Retour des classieux et toujours élégants The National, avec un huitième album qui vient rappeler leur place de véritable institution du paysage rock indé. Toujours envoûtant, tourmenté, et ici avec une touche plus féminine, le groupe prouve qu’il sait se renouveler, toujours avec sensibilité et intelligence.

 

You Had Your Soul With You nous met immédiatement aux prises avec ce rock exigeant, catalogué parfois comme intellectuel, moins direct que par le passé mais efficace, laissant la part belle à la batterie que l’on retrouve sur Quiet Light, titre d’une grande beauté introspective et agissant tout en retenue. Roman Holiday est autant étrange que saisissant, le renfort de Gail Ann Dorsey, chanteuse ayant accompagné Bowie, rendant le tout diablement efficace. Oblivions débute de manière relativement classique pur le groupe, avant de révéler des trouvailles sonores audacieuses, de subtils arrangements autour de la voix parfaite de Mina Tindle en accompagnement du chanteur du groupe Berninger. Assurément un des titres les plus intéressants et personnels, à l’instar du remarquable Hey Rosey.

L’album peut aussi trouver ses limites par une succession de titres pouvant déstabiliser les simples curieux, impression d’autant plus perceptible que le groupe livre ici son album le plus long (63 minutes). C’est le cas pour les titres instrumentaux très courts contribuant à l’ambiance du disque, ou Not in Kansas, titre à la fois très personnel et intimiste, faisant réellement de ce disque un épisode à part dans la carrière du groupe – d’aucun diront même plus expérimental. Toutefois, les caractéristiques du groupe demeurent perceptibles sur un morceau tel que So Far So Fast, notamment dans la seconde partie avec ses jolis chœurs en exergue, ou sur Rylan avec ses des arrangements familiers mais renouvelées par les voix féminines et une pointe d’électro. Des moments lumineux, sur lesquels se referme le disque avec le bien nommé Light Years.

 

The National réussit à transformer anxiété et obscurité en titres tout simplement beaux et plein de grâce, en évitant de se répéter dans une approche musicale renouvelée mais toujours exigeante. Peut-être pas le plus simple à trouver, mais sans doute le plus important.

 

Note : 7,5/10.

Julien Lagalice

(The National, Rylan).

 

Artiste : The National

Album : I’m easy to find

Catégorie : album rock

Date de sortie : 23 mai 2019.

Label : 4AD

Total
13
Shares
Autres publications
Lire

MY BLOODY VALENTINE, m b v

PickPocket/2013 Hier, c’était le 14 février, la St Valentin. Pour célébrer ça, deux sorties en forme de clin…

LOW, C’mon

Sub Pop/PIAS/2011 A l’instar de la pochette, Low injecte de la lumière dans sa musique. De Duluth, Minnesota,…
%d blogueurs aiment cette page :