Logo Sensation Rock

DEATH VALLEY GIRLS, le vendredi 07 février 2019, Festival Génériq, Le Séchoir, Mulhouse (68)

Séchoir – Death Valley Girls

A l’heure de l’apéritif, annonciateur d’un weekend bien mérité, Death Valley Girls débarquent dans la Manchester alsacienne. Et c’est précisément au Séchoir, ancienne friche industrielle de tuiles aujourd’hui totalement réhabilitée, notamment en lieu d’exposition, que les protégés de l’Iguane viennent croiser le fer alors que le Festival Génériq entame sa deuxième journée.

 

Séchoir – Death Valley Girls

 

Une grosse centaine de personnes – dont quelques marmots installés au premier rang, casque de chantier vissé sur la tête – est réunie dans cette grande salle qui accueille par la même occasion l’exposition Vacarme(s). C’est à 19h précises que le quatuor s’installe calmement. Calmement avant un déluge de saturations dont Abre camino et Street justice sont les premiers assauts. Entre lourdeur rythmique, feed-backs et choeurs virant aux hurlements débridés, on pénètre l’univers édifiés par les quatre Angelos.

Alternant entre son clavier old school et sa vintage 6-cordes Hagström, la frontwoman à la robe rouge s’époumone sans retenue, l’oeil fixé sur son public tout en jouant du tremolo. Seule ou chantant à l’unisson avec la batteuse et la bassiste, le trio féminin semble embarquer son auditoire vers la fameuse Vallée de la Mort à bord d’une ancienne Buick décapotable (Death Valley boogie). Ça dépote grave au rythme de motifs très inspirés par le rock des années 70, binaire à souhait et toute fuzz dehors (Disco).

Des titres comme Disaster (is what we’re after) sont à la fois millimétrés et foutraques, un alliage qui renvoie forcément par endroits à des formations punks, tels The Stooges – étonnant?! – voire aux maîtres du stoner rock  avec des thèmes hypnotiques et répétitifs (More dead).

Quelques problèmes de sons, côté pédalier pour la minorité masculine du groupe mais aussi pour la brunette au clavier viennent s’incruster dans le spectacle. C’est aussi ça les performances live: du sans filet, des prises de risque et des sourires échangés, à défaut de pouvoir envoyer la pleine patate, montrent que la formation prend tout de même son pied. Quitte à finir sur les rotules! (cliché à l’appui)

Une heure de concert suffira aux Californiens pour boucler 11 titres, pour la plupart extraits de leur album de l’an passé, Darkness rains. Le rappel final, la furieuse 666, referme un début de soirée chargée: si certains prennent le temps d’admirer les créations présentées dans le cadre de l’exposition Vacarme(s), pour ma part je dois filer direction le proche Noumatrouff. Le tumultueux Festival Génériq se poursuit ce soir dans la Ville grise…

Setlist

1-Abre camino

2-Street justice

3-More dead

4-Dead Valley boogie

5-Sanitarium blues

6-Gettin hard

7-Disco

8-Pink radiation

9-Wear black

10-Disaster (is what we’re after)

11-Electric high

Rappel

12-666

 

Benoît GILBERT

-Crédit photos: Benoît GILBERT

Total
1
Shares
Related Posts