Logo Sensation Rock

THE SHERLOCKS + DEPUTIES, le vendredi 28 septembre 2018, La Poudrière, Belfort (90)

La Poudrière – The Sherlocks

Le tour bus est garé juste à l’entrée de l’ancien bâtiment militaire. On peut difficilement faire plus proche… Ce soir, The Sherlocks, le nouveau son d’outre-Manche débarque en France et c’est la petite salle belfortaine qui a le luxe de les recevoir. A l’instar de The Amazons voici une formation avec le vent en poupe chez elle mais qui est encore assez méconnue dans l’Hexagone. Retour sur une soirée d’excellente facture.

 

Ce vendredi à La Poudrière débute avec les Parisiens de Deputies. C’est la seconde soirée d’affilée qu’ils ouvrent pour The Sherlocks. Après un concert la veille dans leur fief à L’Olympic Café, ils apparaissent en jambes pour cette entame de weekend. Le son et les mélodies évoquent rapidement Bloc Party, Foals, voire Phoenix. C’est très dynamique, travaillé, notamment la voix de Sharif. Bref ça jette de bonnes bases pour le reste de cette soirée belfortaine (Rosa).

Tout roule jusqu’au terme du show mais soudain Richard, le bassiste, perd une corde. Aie ! C’est avec le sourire (le gros du concert est désormais derrière lui) que l’homme se démène pour réagencer ses parties. La foule apprécie à sa juste mesure la performance et c’est sous les applaudissements que la formation francilienne se retire.

 

C’est désormais le tour de The Sherlocks. Hier chauffeurs de salle pour Liam Gallagher lors de sa tournée printanière – d’ailleurs les t-shirts à la gloire de l’ex-leader d’Oasis sont légion ce soir -, aujourd’hui ce sont eux les têtes d’affiche. Le jeune quatuor britannique dégaine Last night et Escapade, deux premiers brûlots bien accueillis. Dans la veine de The Amazons, la frappe lourde et martiale s’accouple à des guitares insistantes, résolument aigues et déversant des motifs lead redoutables. Ce britrock proposé par cette doublette de fratries est dans la droite lignée de la pop des 90’s.

Les frères Davidson (respectivement guitariste et bassiste) offrent un jeu musclé et bien plus démonstratif que le jeune et frêle frontman Kiaran Crook. Qu’importe, il endosse avec brio la charge et son chant n’en est pas moins précis et chevronné. A certains égards, on pense à Brandon Flowers le charismatique leader de The Killers, notamment sur Heart of gold ou le très enlevé Nobody knows. Un tube en puissance ni plus ni moins.

Histoire de sortir des sentiers battus et de la tracklist de leur seul album, le très carpe diem Live for the moment sorti l’an passé, la formation de Sheffield – pardon, de Bolton upon Dearne, soyons précis – a dégagé trois titres. Et à la prime setlist qui jonche l’avant de la scène, ils ont ajouté deux nouveaux morceaux qui font leur apparition ce soir dans leur programme (Now and then et NYC) ainsi qu’un plus ancien, Time to go. Avec des mélodies catchy lors des refrains, on comprend mieux pourquoi ce quatuor est en plein essor au Royaume-Uni. Par endroits, certains passages sont tout bonnement dans l’esprit d’un (What’s the story) Morning glory ?.

Ce concert d’une durée plutôt courte est sans conteste une réussite. Le stand de merchandising est pris d’assaut, et histoire de faire durer le plaisir avec son public belfortain, des photos ainsi que de nombreux autographes sont accordés. Ces nouveaux quatre jeunes dans le vent ont réussi leur coup ce soir.

 

Setlist de The Sherlocks

Last night

Escapade

Blue

Now and then

Will you be there ?

NYC

Was it really worth it ?

Nobody knows

Time to go

Heart of gold

Live for the moment

Chasing shadows

 

-Benoît GILBERT

Crédit photo : Benoît GILBERT

 

Total
1
Shares
Related Posts