Logo Sensation Rock

SNAIL MAIL, Lush

De son vrai nom Lindsay Jordan, la jeune américaine de 18 ans est une des plus belles promesses de l’indie rock, comme en témoigne sa présence sur le mythique label Matador (Belle et Sebastian, Yo La Tengo, Interpol….). Si son âge ne lui permet même pas d’acheter des cigarettes dans son pays, les médias ne mégotent déjà pas sur son talent.

 

C’est même à 16 ans que la jeune fille publia son premier EP, avec notamment le titre Stick repris ici sur l’album, démontrant qu’elle pouvait être une chantre de l’évocation de la tristesse la plus forte. L’album débute avec le bien nommé Intro, ouverture tout en douceur avec une voix rappelant Cat Power, enroulée d’une timidité quasi mystique. Pristine, morceau mélodramatique et désarmant, laisse transparaitre ses fragilités d’adolescente et vagues à l’âme portés par des guitares « nineties ». Les influences du rock américain sont évidentes, les premières notes de Speaking Terms ressemble à du Sonic Youth qui n’a jamais aussi bien porté son nom. C’est un des charmes opérant de ce disque : chaque titre semble touché au cœur et nous toucher insensiblement. Heat Wave a un côté Courtney Barnett en plus sage, pouvant prendre néanmoins une tournure parfois plus punk pour un récit poignant et émouvant sur l’angoisse de grandir et de se trouver (ou non).  

 

Le magnifique Let’s Find an Out, une merveille de guitare douce et feutrée dans un arrangement musical complexe, résume sans doute le mieux le talent de la jeune fille, avant le nom moins délicieux Golden Dream. La formule est trouvée, mais pourrait aussi trouver ses limites avec une impression de redondance, que l’on ressent par exemple à l’écoute de Full Control bien que la fausse simplicité du titre dévoile un irrésistible riff de guitares chargé de pathos. Douceur et énergie, mélancolie et songes, nous comprenons pourquoi elle fut invitée à monter sur scène par Angel Olsen et qu’elle reçut des félicitations de Kim Deal (The Breeders).

Deux jolies ballades referment ce joli disque : Deep Sea, et surtout Anytime, pour laquelle Lindsay triture le tempo, évacue la batterie et se présente comme un épilogue à ses questionnements même si elle n’a pas toutes les réponses : « Grace, born and raised, Cut you down, Still bleeds the same, As it is, unusually, Are you hung up, Do you love me » ?

 

Depuis Le Cid de Corneille nous savons « qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années », l’affirmation demeure exacte eu XXIe à l’écoute de cet album plaisant et touchant. Déjà encensée par Pitchwork ou les Rolling Stones, il est peut être encore tôt pour la couronner. Les princesses aussi ont le droit de grandir.

 

Julien Lagalice

Artiste : Snail Mail
Album : Lush
Date de sortie : 08/06/2018
Genre : indie-rock
Label : Matador
Genre : album rock

 

Total
3
Shares
Related Posts