Logo Sensation Rock

The Temperance Movement, A deeper cut

Découvert en 2013 à la sortie de leur premier album, j’avais eu la chance de voir The Temperance Movement ouvrir pour les Rolling Stones à Zurich en 2014 et d’être impressionné par cette apparente décontraction toute en puissance et en précision. Ça sentait bon le blues rock et l’ombre des Black Crowes semblait planer au-dessus de la scène du 14 on Fire Tour.

 

Le groupe Britannique taillé pour la scène, soudé autour de son charismatique chanteur Phil Campbell, revient avec un nouvel album, leur troisième, intitulé A deeper cut … une entaille plus profonde donc… et dès le premier morceau, un riff incisif au possible nous attrape et la voix ne tarde pas à entrer avec une certaine envie d’en débattre, lançant le reste du groupe, et par la même occasion l’album, sur les meilleurs rails qu’ils soient. Caught in the middle nous emporte pour ne plus nous lâcher. Il ne sera pas question de répit non plus sur les 2 titres suivants. Built-in forgetter explose avec un refrain des plus jouissifs « Oh Sister Mercy you take me higher » …on se laisse porter, sans la moindre envie de redescendre. Love and devotion arrive alors pour nous satisfaire, ça tranche dans le vif et on se retrouve rapidement entrainé, pris à secouer la tête en rythme. Et lorsque la charge rock cède la place à la guitare acoustique c’est pour mieux nous saisir, la voix se pose et la chanson qui a donné son titre à l’album dévoile un brin de mélancolie, avec le refrain notamment qui laisse entendre une certaine incapacité à être beaux, les obstacles revenant sans cesse « we’re supposed to be beautiful and all this time it’s been ludicrous there’s always something in the way »… la blessure est profonde, le morceau se termine sur la répétition du titre A deeper cut, comme pour inciser encore davantage. A partir du morceau suivant, The Temperance Movement semble avoir lancé le rythme de croisière. Après sa courte intro piano, Blackwater zoo nous refait onduler paisiblement, Beast nation rallonge ce plaisir alors que Another spiral nous capte à nouveau dès la première phrase et sa magnifique montée vocale. On est happé et on se laisse maintenant emporter par l’album avec une seule envie lorsque les dernières notes de The wonders we’ve seen se prolongent et s’effacent peu à peu : represser la touche « play » et recommencer le voyage…car il s’agit bien d’un voyage ici, des paradis artificiels (« I’m dancing in the middle, higher than the sun ») à la vie réelle du groupe, qui après la défection de deux de ses membres (dont le guitariste fondateur) poursuit sa route. Avec des paroles comme « If you tell me how it was I will tell you how it is now don’t talk about the way it was »), le message est clair, The Temperance Movement, avec ses blessures et ses bonheurs passés, fonce droit vers l’avant, et on les suit sans hésiter ! Bonne écoute !

-Mars’ial

(The Temperance Movement, Caught in the middle)

Artiste : THE TEMPERANCE MOVEMENT

Album : A deeper cut

Label/distribution : Ereache Records

Date de sortie : 16/02/2018

Genre : Blues rock

Catégorie : Album rock

 

 

Total
4
Shares
Related Posts