Logo Sensation Rock

BLACK PISTOL FIRE, Deadbeat Graffiti

Si vous vous sentez orphelins des Black Keys et que vous ne partagez pas les nouveaux choix musicaux de Dan Auerbach, voici un groupe qui saura vous remettre du baume au coeur. Ce groupe c’est Black Pistol Fire, cet album c’est Deadbeat graffiti.

Perpétuant leur son blues rock, les deux Canadiens officient de la plus belle des manières.

Sauront ils vous convaincre ? Une année seulement après la sortie de leur précédent album, les gars de Black Pistol Fire ont décidé de rapidement remettre le couvert. Pour les non-initiés voici une petite bio expresse et non exhaustive. Pour faire simple, le groupe fait ses débuts en 2011 au Canada. Auteurs de cinq albums studio, le groupe fonctionne sur la base d’un trio puis tout récemment d’un duo.

Kevin McKeown assure le chant et la guitare, Eric Owen assure quant à lui la batterie.

Faisant dans l’efficace ils décident de s’expatrier au Texas, au plus prés de leur influences sonores pour l’enregistrement de ce disque, se délestant au passage de leur bassiste. Voila pour les grandes lignes, parlons musique à présent.

Souvent comparés aux Black Keys et aux White Stripes (également des duos) les Black Pistol Fire réussissent parfaitement la synthèse de ces deux références. Ils piochent le meilleur de chaque côté, rassemblent le tout et y ajoutent leur touche perso sans jamais tomber dans la facilité ou le plagiat. Ce n’est pas toujours simple d’obtenir du bon en mélangeant du très bon, mais les concernant, cela fonctionne très bien.

Deadbeat Graffiti est d’abord un album qui arrive à procurer de la joie. Une joie qui s’égraine sur 12 pistes pour 40 min de satisfaction musicale. C’est un album très complet et très varié. Mélangeant une très forte intensité sonore, à des moments plus calmes et clairement moins rapides et plus posés. Cela donne des tempos, des mélodies, des ambiances différentes selon l’influence du morceau. Tantôt blues, tantôt rock avec un soupçon de soul par ci par la. Le tout parfaitement accompagné par la voix de Kevin Mckeown qui colle et s’adapte à tous les genres pratiqués.

On oublie très clairement qu’il n’y a pas de bassiste, son absence ne se fait pas remarquer. C’est très bien bien ficelé et très cohérent.

Pele mêle, l’album ouvre avec Lost cause. Entrée en la matière énergique, rapide. Certains y verront des influences surf rock, d’autres des influences 60’s de blues. Le mélange est bien fait, la chanson est entrainante et efficace.

Changement de piste et changement d’ambiance avec Bully. Finis les Beach Boys, place aux Black Keys. Balade instrumentale, blues garage et mélodie d’amour. La guitare oscille entre moments calmes et des refrains plus électriques.

Les Raconteurs sont ensuite la source d’inspiration de la troisième piste. La guitare d’intro, les tempos, l’ambiance sont exactement les mêmes que ceux de la bande à Jack White. Riffs simples, entêtants et efficaces. Don’t Ask why est sans aucun doute de cet acabit la.

Septième titre du disque, Fever breaks calme le jeu. Si l’on veut continuer les rapprochements, cette chanson nous rappelle aux bons souvenirs des Strokes. Elle accompagnerait à ravir une bande annonce de film ou de série.

Enfin pour les inconditionnels du garage blues/blues rock on citera Watch it burn et Yet again.

Pris séparément, tous les titres sot de haute volée. Tous différents, mais tous géniaux et revitalisant.

Le meilleur moyen de s’en rendre compte et écouter l’album. S’arrêter à une simple comparaison avec des groupes existants est très facile à faire. Parler musique, retranscrire des émotions musicales et bien plus dur. Le mieux est d’écouter par vous même et de ressentir tout cela car le disque en vaut vraiment la peine.

Oubliez la morosité de l’hiver, Deadbeat Graffiti est un disque hautement recommandable qui saura vous redonnez l’énergie pour affronter la grisaille.

Album éclectique, il est sans doute à considérer comme un futur classique du genre.

Black Pistol Fire a bel et bien repris le flambeau abandonné par les Black Keys, insufflant leur propre identité. C’est certainement un des plus beaux disques de 2017.

 

-Charles Maire

 

 

 

 

Artiste : Black Pistol Fire

Album : Deadbeat Graffiti

Label/Distribution : Rifle bird records

Date de sortie : 29 septembre 2017

Genre : Blues rock

Catégorie : Album rock

Total
18
Shares
Related Posts