Logo Sensation Rock

TIMBER TIMBRE, Sincerely Future Pollution

Sixième album des canadiens de Timber Timbre, disque sombre et crépusculaire enregistré au studio de La Frette en région parisienne (comme pour les albums de Patrick Watson ou Feist), qui place le groupe au sommet de son art.

 

Avec le succès critique (et public) du superbe Hot Dreams sorti en 2014, le groupe de Taylor Kirk était attendu au tournant. Dès le premier titre Velvet Gloves & Spit, nous trouvons une musique hantée et ensorcelante autour ce folk mystérieux tout à tout troublant et sexy. Grifting apporte une tonalité bien plus soul et funk (façon Blame de Bowie), styles musicaux surprenants et nouveaux au vue de l’histoire du groupe, mais qui se marient assez bien à la voix chaude et romantique de Kirk (rappelant par moment celle de Nick Cave). Sonorités seventies avec synthétiseurs digne d’une BO de film de la même décennie pour l’instrumental Skin Tone, avant de s’orienter vers un blues électronique aux sonorités assez 80’s, donnant des morceaux assez inattendus pour ne pas dire désincarnés (comme Moment ou Sewer Blues, suivant le chemin sinueux et sombre du groupe qui réussit vraiment à se réinventer.

 

Western Questions offre une parenthèse pleine de douceur, avec un final particulièrement joyeux et euphorisant (autre clin d’œil à Bowie et au célèbre China Girl ?). Sincerely, Future Pollution nous replonge dans cette ambiance tendue et angoissante et où la voix du chanteur n’est audible que dans la dernière partie du titre. Bleue nuit est peut être un des titres les plus audacieux, avec des sonorités évoquant un Ovni musical entre Giorgio Moroder pour le rythme et Phil Collins pour l’usage de la batterie, démontrant combien ce groupe certes passionnant demeuret par ailleurs extraordinairement difficile à identifier, mais nous savons aussi que cette difficulté se retrouve dans d’autres grands groupes. Mention particulière au dernier titre, Floating cathedral, dans lequel l’introduction évoque aussi bien les Beatles (And I lover her) que le générique de la mythique série de Lynch, Twin Peaks ; le titre est au final à l’image de cet album : va et vient entre passé et présent, désespoir et espérance, composition à la fois enivrante mais souvent insaisissable.

 

Un disque qui est une œuvre au final bien singulière, qui en dépit d’influences variées demeure un album très moderne, peut être un miroir de l’état actuel de notre société. La prise de risques sera peut être différemment perçu chez les fans, peut être quelque peu secoués par ce virage musical, mais ce disque par sa grande richesse musicale est une réussite. Dans le rock canadien, my taylor is rich.

 

  • Julien Lagalice

 

Artiste : Timber Timbre

Album : Sincerely Future Pollution

Label / Distribution : City Slang

Date de sortie : 07 avril 2017

Genre : Blues rock

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

BORN RUFFIANS, Birthmarks

Yep Roc/La Baleine/2013 Les Canadiens de Born Ruffians reviennent avec une troisième livraison, Birthmarks. Needle commence accapella. Des…
%d blogueurs aiment cette page :