Logo Sensation Rock

FINDLAY, Forgotten Pleasures

Natalie Rose Findlay est une jeune artiste britannique de 25 ans dont le talent n’est déjà plus à prouver ! Vue et revue dans de nombreux festivals français ainsi que dans de petites salles locales (elle est passée aux PDZ bisontins en 2013 dans le cadre du festival GéNéRiQ), la demoiselle a de l’énergie à revendre et débarque dans le monde impitoyable du rock féminin avec un premier album survolté, Forgotten Pleasures.

Après deux petits EP puis un EP 5 titres officiel paru en 2015, la jeune britannique se décide enfin en ce début d’année 2017 à nous faire partager plus de morceaux, histoire que l’on ne reste pas sur notre faim. Et que dire de ce merveilleux album, si ce n’est qu’il égale toutes nos espérances et va nous faire danser toute l’année ?

 

L’album débute sur Electric Bones, le premier titre également extrait de l’EP éponyme paru il y a quatre ans. L’artiste mélange dans ce morceau des influences rock’n’roll avec une batterie martelant le tempo et des riffs de guitare s’associant aux touches du synthé pour apporter également un aspect plus électronique aux influences de la demoiselle.

Sur les 13 titres de l’album, trois autres sont également extraits des premiers enregistrements réalisés par Findlay : Off & On, Greasy Love et Junk Food.

Greasy Love, c’est le titre avec lequel l’artiste s’est fait découvrir lors de ses prestations survoltées en festival : une voix saturée hurlant des slogans façon Girl Power, liée à des instrumentales décoiffantes, dont un riff de basse particulièrement intéressant. Greasy Love est probablement l’hymne de la jeune chanteuse, la meilleure pépite de sa discographie. Notamment sur la deuxième partie du titre, lorsque l’on découvre un côté sensuel, presque un peu stoner rock, à la chanteuse. Junk Food est également porteuse d’une voix saturée, ce qui n’est pas si sale que cela pourrait paraître car la demoiselle a du coffre et un sacré timbre de voix, et c’est presque même plutôt agréable à l’écoute.

La deuxième chanson que l’on aime tout particulièrement sur cet opus est celle qui suit de près Greasy Love : Monomania (Nobody Loves You Like I Love You). Findlay se déchaîne sur ce titre, à base de lignes de chants assez criées, et de rythmes plus calmes, ainsi que des “Ouh Ouh” sur les refrains… La base instrumentale est également plus posée, les rythmiques sont moins agressives mais cela ne fait que du bien de faire une petite pause dans ce capharnaüm.

Wild and Unwise a été dévoilée au grand public il y a quelques mois, en amont de l’annonce de la sortie de l’album, telle une sorte de teaser. La voix de Natalie Findlay est quelque peu éraillée dès les premières notes, et l’instru apporte une ambiance un peu far west. Les prouesses vocales de la chanteuse sont vraiment le point fort de cet album, un coup elle hurle, un coup elle chante tout calmement en chant clair. Cette diversité des genres est excessivement agréable.

De plus, il faut préciser que les musiciens de la demoiselle font un travail formidable, arrivant à s’adapter à tous les genres qu’elle souhaite aborder et la suivant dans tous ses fantasmes avec plaisir. Ce groupe nous rappellerait presque à une Taylor Momsen & ses Pretty Reckless, avec l’expérience du live supplémentaire et le grain de folie de Natalie Findlay bien plus élevé que celui de la belle Momsen. A méditer, donc.

Forgotten Pleasures, le titre éponyme, est un morceau plus planant et axé stoner rock que les précédents. On sent que cela a été travaillé d’arrache-pied et que la jeune fille est perfectionniste, tout est carré et aucun détail n’est laissé au hasard.

L’album se termine sur Sunday Morning in the Afternoon, une très belle ballade, peut-être à peine trop calme et timide pour clore un album assez énergique. C’est dommage, mais la belle s’est lancée dans un exercice qu’elle pourra se permettre de retravailler pour perfectionner et arriver au sommet à l’avenir !

 

Finalement, c’est un album aux multiples facettes que nous dévoile la jeune artiste Findlay, qui a encore tant à développer mais en même temps qui est tellement excellente à son niveau. Natalie Findlay a encore de belles années devant elle, nul doute qu’elle arrivera un jour ou l’autre à un niveau de notoriété impressionnant et qu’elle pourra se produire dans de plus grands lieux qu’elle ne l’a encore fait (et c’est tout le mal qu’on lui souhaite!)

 

  • Marion ARNAL

Artiste : Findlay
Album : Forgotten Pleasures
Label / Distribution : BMG Entertainment Company
Date de sortie : 03 mars 2017
Genre : Indie Rock
Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

STAIND, Staind

Atlantic Records/Warner/2011 Déjà dix ans que Staind déboulait avec It’s Been Awhile. Depuis, on n’avait un peu mis…
Read More

SHE & HIM, Volume 3

Merge Records/Sony/2013 La dernière fois qu’on avait eu des nouvelles du couple Zooey Deschanel/M.Ward, c’était pour nous souhaiter…