Logo Sensation Rock

SUPERPOZE, For We the Living

En s’inspirant d’un imaginaire apocalyptique, Superpoze revient avec son deuxième album, For We The Living, deux ans après le très réussi Opening. Huit titres saisissants et hors du temps, qui viennent confirmer la progression artistique constante du Caennais.

Gabriel Legleux livre donc ici un projet consciencieusement réfléchi. Souhaitant exprimer une explicite fin du monde à travers ses morceaux, il s’inspire alors de nombreux concepts et supports en découlant, à l’image du film de Jeff Nichols, Take Shelter, pour ne prendre qu’un exemple.

Le rendu s’avère être à la hauteur de l’attente. Une évolution percutante se dévoile au fil des titres et des minutes, à travers, ce qu’il nomme lui-même, une « métaphysique pop », planante et renversante, comme en témoigne l’excellente ouverture de huit minutes, Signal.

Puis s’amorce la continuité de l’histoire. For We the Living nous plonge dans une atmosphère grave, exaltante et rythmée, chose qui se poursuit avec Azur. Les deux morceaux décrivent alors indéniablement ce voyage terminal dans lequel Superpoze veut nous emmener.  

L’apogée se trouve cependant dans le titre Thousand Exploding Suns, tout en subtilité et puissance, liant à merveille les deux parties de l’opus.

On the Mountain Top et Hidden, apaisants et d’une beauté tout à fait singulière, viennent dépeindre quant à eux le temps du renouveau.

Pour clore cette palpitante et tumultueuse aventure, Dream Koala vient poser son angélique voix sur A Photograph, pour un final recherché mais pour le moins mystérieux.

Superpoze signe là une production sobre, sublime et parfaitement orchestrée.

A retrouver aux côtés de Pone le 25 Mars à la Rodia, avec lequel il s’est d’ailleurs associé pour la production de son album Radiant.

 

– Juliette Boffy

Artiste : Superpoze

Album : For We the Living

Label / Distribution : Combien Mille Records

Date de sortie : 24 Février 2017

Genre : Electronique

Catégorie : Album rock

Total
0
Shares
Autres publications
Lire

STAIND, Staind

Atlantic Records/Warner/2011 Déjà dix ans que Staind déboulait avec It’s Been Awhile. Depuis, on n’avait un peu mis…
%d blogueurs aiment cette page :