Logo Sensation Rock

Skye & Ross, Skye & Ross

 

Un seul être vous manque et tout semble dépeuplé. En fait Lamartine s’était trompé. Malgré le départ de Paul Godfrey, Morcheeba s’est relevé. C’est en duo et sous une nouvelle bannière que Skye Edwards et Ross Godfrey évolueront désormais. Les fans de la première heure vont se régaler à l’écoute de cet album éponyme, au sein duquel l’alchimie musicale des débuts est palpable. Ciao les platines de Paulo, place à la voix inimitable de Skye sur fond de folk, de funk et même de blues.

Dès les premières mesures, Skye and Ross invite à un voyage onirique. Les 2 minutes 12 secondes de Repay the saviour nous bercent avec son ambiance de coton, ambiance assurée par des accords égrainés, des choeurs chaleureux et des nappes cosmiques.

Sur un tempo lent, une guitare acoustique et un clavier font de Light of gold une chanson lumineuse, pleine de sensualité et répétant un refrain finement ciselé. Les nostalgiques de l’âge d’or du groupe seront ravis avec ce premier single.

All my days aurait pu être publiée sur Big calm tant l’ambiance et les sonorités renvoient à cet album culte. Ici, Ross Godfrey s’amuse avec une wah-wah ; ses notes sont comptées mais magiques. On penserait même à du Hendrix, période Little wing. Quant au clavier et aux choeurs, ils revêtent un aspect solennel, quasi religieux.

How to fly débute sur un beat méchamment dansant ; le thème musical flirte avec le funk. Les claviers Moog et le jeu de la guitare en sont les garants. Un solo aux notes étirées et piquantes rajoute du groove à cette chanson très morcheebienne.

Clear my mind est un intermède folk ultra dépouillé. Seules une guitare et quelques rares percussions épaulent le sublime chant de Skye. La production a mis en avant toutes les petites imperfections (slides parasites, attaques percussives de la voix, etc.) afin d’accentuer le caractère fragile de cette chanson intimiste.

 

Soutenue par une boîte à rythme ralentie et résonnante, Hold on est caractéristique du trip hop des années 90. Les claviers old school se marient avec brio aux guitares cristallines de Ross. Nostalgie, mélancolie et langueur, une formule gagnante qui réjouira les amateurs du genre.

Medicine est une balade aux accents de soul music, voire de gospel. Les choeurs, les claviers et la subtilité de la 6 cordes, discrète et ponctuelle, nous transporteraient presque dans une petite église du Sud des Etats-Unis, un dimanche matin, …

Offrant un univers hypnotique, Feet first débute avec le badinage d’un sitar et d’une guitare orientale, tous deux accompagnés par une rythmique aux accents initiatiques. On pense à une procession avec son cortège de mysticisme et de rites chamaniques hallucinatoires.

Après 5 minutes de dérives psychédéliques, Head home est une courte balade minimaliste. Une batterie délicate se rajoute à un thème incitant au retour à la maison, mais seuls des mirages semblent à portée de vue.

Une ambiance bluesy vient clore l’album. En effet, The point of no return débute avec un bottleneck errant de slide en slide. Un décor désertique prend place jusqu’à ce que Skye entonne « Now I’ve crossed the river, Passed the point of no return (…) to the devil land ».

La chanson est alors à mi-parcours, la voix cède la place aux instruments. Telle la traversée du Styx, on vagabonde au gré du clavier Moog, des guitares glissantes et de quelques chœurs dans un environnement inconnu. Les dernières notes ouvrent sur un lieu de désolation, avec de vagues échos et des souffles étouffés. Fin du périple sonore.

En 2003, le départ de Skye du groupe n’avait pas empêché les frères Godfrey de conserver la franchise « Morcheeba » et de multiplier par la même les chanteuses, en vain. Revenue au bercail en 2010, c’est aujourd’hui au tour du DJ, Paul, de faire ses valises. Mais, fini le temps des chaises musicales : nos deux rescapés ont dépassé le point de non retour et se posent en gardiens du temple.

En effet, Skye and Ross est un album qui pourrait aisément s’intercaler dans la discographie de feu Morcheeba, entre Big Calm et Fragments of freedom. Tous les ingrédients du trip hop made in Bristol sont au rendez-vous : une voix majeure reconnaissable dès la première note, des sonorités variées, un beat plutôt lent et une multitude des références musicales, telles que le blues, la folk ou encore la soul qui confèrent beaucoup de chaleur à cet opus.

 

Bien moins aventureux qu’un disque de Tricky ou de Massive Attack, la doublette Skye & Ross offre un premier effort jubilatoire. On est ramené vingt ans en arrière, à l’âge d’or de la formation de Douvres. Les fans seront rassurés, Morcheeba a opéré sa mue et est toujours vivant.

 

  • Benoît GILBERT

 

Artiste : Skye & Ross

Album : Skye & Ross

Label / Distributeur : Cooking Vinyl

Date de sortie : 02 septembre 2016

Genre : Rock

Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

ALT-J, Relaxer

Après la publication ces derniers mois des titres inédits 3WW, In Cold Blood et Adeline, le troisième album…