Logo Sensation Rock

THE STRUMBELLAS, HOPE

Les Canadiens de The Strumbellas, nous ont concocté un nouvel album. Trois ans après le dernier opus, We Still Move On Dance Floors, c’est Hope qui se jette sous les projecteurs. L’album est plaisant,  il embrasse audacieusement le style pop-folk. Des titres joyeux, dansants, à l’instar de The Lumineers.

Le premier à ouvrir le bal, c’est Spirit, un titre réussi, un son accompli, fidèle à l’ambiance visée. Le morceau doit également son succès au clip qui le met en scène. L’histoire se passe dans une église anglicane « St. Aidan »  à Toronto, le tournage a été dirigé par Daniel AM Rosenberg et l’ensemble est signé Michael Goldlist. Les six comiques se sont glissés dans des personnages fourbes, surexcités, venus d’un autre siècle. On assiste à un véritable carnaval, qui procure au groupe un élan de dynamisme et un envol rassurant pour le reste de Hope.

We Don’t Now et Wars sont des titres délicieux, entrainants. Il y a un bel effort sur les textes, enthousiastes, divertissants et recherchés.

Hope évolue autour d’un thème récurrent : l’avenir, l’espoir, la jeunesse, en bref la vie. Le chanteur Simon Ward, est un musicien honnête qui se dépasse activement. Sa voix peut sembler parfois imprécise, pas assez musclée ou trop fluette, certes. Mais, il n’empêche qu’il y a du coeur, de l’émotion qui sort de cette gorge et c’est aussi cela un artiste. Sa force et sa contribution vocale, donnent à cet album un souffle plaisant.

L’album est martelé par des claquements de mains, des choeurs à l’unisson et un crescendo final. Un cadre répétitif, agencé selon les mêmes règles et ceci est valable pour tous les titres. Cette grande similitude, nous plonge dans la lassitude. Pourtant, individuellement, ce sont de bonnes chansons, les mutations restes juste trop subtiles.

Pour Shovels & Dirt et Dog, on remarque de bons refrains, voluptueux, malins, libres. Seulement, le reste est plat, presque insignifiant. Des creux pauvres détournent notre attention, nos oreilles sont en stand-by.

La suite du voyage, est malheureusement moins réjouissante. Hope, nous laisse sur notre faim, on peine à se mettre sous la dent, quelque chose de vraiment novateur et d’intéressant. Un côté rebutant, pour le dire franchement, ça sent un peu le réchauffé. Malgré tout, on remarque que les morceaux se terminent en beauté, les guitares prennent de la hauteur, de l’assurance. Une mouvance efficace s’exprime au moment de l’atterrissage, ce qui est dommage. Il faut attendre des longues minutes pour enfin se satisfaire et estimer les titres. 

Ce que The Strumbellas nous soumet, c’est une dimension pure, celle de l’indie-folk. Les chansons peuvent devenir ennuyeuses au bout d’un temps, cependant, elles sont efficaces. Faites le test, écoutez l’album en entier, vous allez vous surprendre à chantonner. Le son simple, amusant rentre dans nos têtes comme un petit parasite. C’est entièrement dû aux choeurs, ils s’acharnent à devenir des atouts indispensables pour notre mémorisation.

Young & Wild en est un parfait exemple, c’est une chanson vive qui ne manque pas de peps. On prend plaisir à l’écouter, on absorbe une sacrée dose de vitamine et de positivité. Cependant, on se lasse rapidement. On regrette juste, que le déclic se fasse en fin de morceaux, c’est trop tardif.

En bref, un bilan mitigé, on s’y perd, on oscille entre des temps forts et des baisses d’intensité. On aurait apprécié plus de fun et moins de structure. Seulement, nous ne pouvons pas nier que l’oeuvre en général reste bénéfique. Ce projet a été orchestré avec expérience et travail.

Peut-être es-ce volontaire de la part de The Strumbellas, une ruse pour susciter notre intérêt. Le mieux est de vous faire vous même votre propre opinion. Gardons à l’esprit que c’est un groupe qui a du potentiel, ces bons hommes sont animés par un univers utopique, frais, enfantin qui ne manque pas d’exotisme. De source sûre, ils ont les capacités de nous surprendre, seulement, ce n’est pas pour cette fois-ci.

Artiste : The Strumbellas

Album : Hope

Label/Distribution : Six Shooter Records

Date de sortie : 22 avril 2016

Genre : Indie-folk, pop

Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

Peau, Première mue

Iris Music mars 2010 Cette Première mue s’ouvre sur une rythmique glacée et une voix menue, plus susurrée…