Logo Sensation Rock

LIVE-REPORT : TOUCHE AMORE + LOMA PRIETA + NEWMOON, 19 Août 2015 – Glaz’arts, Paris (92)

Touche Amore play Fest 9 at The Atlantic, Gainesville, FL, October 30, 2010. Note: Please share, download and use these photos for non-commercial purposes but be sure to abide by the creative commons license by crediting the photos to Nicole Kibert / www.elawgrrl.com and if using online, add a link back to this page or to www.elawgrrl.com. This license does not permit commercial use without my permission. Thanks.

Arrivé tôt pour pouvoir profiter des 3 groupes, je suis même en avance. Dommage, sur certaines dates, il y avait DANGERS en plus sur le plateau, mais ils n’ont fait que quelques dates, principalement des festivals. Cette tournée, commencée le 05/08, s’est concentrée principalement en Grande-Bretagne, pour ensuite quelques passages en Allemagne, Pays-Bas et République Tchèque… Cela dit, les bruits sur les RS avaient évoqué une chaude ambiance la veille sur la date d’Amsterdam. La date parisienne est l’avant-dernière date de la tournée.

Je découvre que, juxtaposée à la salle où se déroule le concert, « la plage Glaz’art » (concept estival) est accessible… En fait, du sable a été étalé sur un grand parvis extérieur à 300m des bords de Seine, la scène elle, plutôt impressionnante _ du 10 x 6 au moins, une avancée abritée, sièges de plage, bancs et tables à profusion, 2 bars… l’ensemble est confortable.

J’accède à la salle où Newmoon attaque. Ils ont ouvert pour ce plateau californien (composé de deux groupes du Label DeathWish Inc.) sur la moitié de leur tournée européenne qui a compté une quinzaine de dates. Le quintet belge, doté de trois guitares doit chauffer la salle, clairsemée. Seule une cinquantaine de personnes sont devant la scène.

J’avais écouté les quelques titres sur le net avant, un post-rock plutôt sage et intéressant qui aurait pu faire penser à du Title Fight et consorts. Malheureusement pour moi, le son est très dur. Les  guitares sont énormes, au point où l’on cherche le chant, le kick est très loin et la caisse claire pique… Je reste quelques morceaux, et voulant épargner mes oreilles vu la config’ du son, je me contente de la moitié du set avant de rejoindre « la Plage ».

On se prend une bière, transat et on essaie de profiter. Bon le son deep house lancinant du DJ ne m’a pas transporté pour tout vous avouer et ce n’est franchement pas la grosse ambiance dans la foule qui reste assise à boire des bouteilles de rosé… Même le deuxième DJ n’y a rien fait, au point où je n’avais pas remarqué ce changement aux platines.

On repart tranquillement dans la salle avec les premières notes du set de Loma Prieta. Un punk-hardcore / emo-violent made in SF, California. On sent les influences Converge, pour la musique, Dillinger EP pour le chant en beaucoup plus sobre niveau quantité. Les morceaux, globalement tirés de leur album tout neuf Self Portait, sont enchaînés sans pause, agrémentés de larsens et de quelques samples. Les puristes diront que c’était bien underground, brutal et du coup jouissif. La salle qui s’est remplie de 250 personnes environ, semble apprécier. Pourtant, l’ensemble sonne très agressif. Cela doit venir du lieu, bétonné, bas de plafond, entre quelques piliers, c’était peut-être meilleur tout devant. De mon côté, j’ai eu du mal à reconnaître les morceaux.

Pour l’instant, les deux tiers du set me suffiront. Je me rends à la terrasse couverte de l’arrière-salle. J’y croise des Nantais autour d’une bière qui me disent avoir fait l’AR en voiture pour voir Touché Amoré. Je passe près du stand merch, un peu clairsemé, quelques goodies. Fin de tournée sûrement. Il n’y’a plus beaucoup de choix s’en plaint mon collègue nantais.

Je m’installe bien devant. Attendus, voire réclamés pour le démarrage, il n’y a finalement guère plus de monde pour le 3ème groupe… (surprenant, la salle semblera même plus vide vers la fin). Plutôt froide devant Loma Prieta, la foule démarre au dixième de seconde dès les premières notes du quintet californien. Une grosse vague emporte le fond de salle pour venir s’écraser sur le bord de scène dès que Jérémy BOLM, frontman de TA* (Touché Amoré) entonne les paroles de « ~ », tube issu de Parting The Sea Between Brightness and Me (2011). Et ce sera ça tout le long du set avec du stage-diving crescendo, les gens portés hurlent les paroles en l’air, et Jérémy B. n’est, comme à son habitude, pas avare du partage de micro qu’il passe à tous. Ceci dit, cela devait l’arranger un peu, il n’avait pas la voix des grands jours (fin de tournée). Le public s’en donne à pleins poumons, reprenant les pitchs des refrains et certains passages bien précis. Surprenant (ou pas), le son est bon, même si la Snare est très agressive parfois sous les frappes d’Elliott B., l’ensemble est très équilibré.

Globalement, le show est évidemment centré sur le dernier album qui date (tout de même) de 2013 I survived by dont les tubes Praise/Love, Kerosene, l’incontournable I survived by agrémentent le set. Quelques pauses de samples pour respirer, et ça repart de plus belle avec deux-trois morceaux à la suite, le tout sur une heure…. Passée la phase des dédicaces, le groupe termine avec Is Survived by avant de quitter la scène. Là, on se dit que c’est fini (« un set à la ricains » comme dirait un de mes potes), d’autant que le bassiste a jeté violemment sa basse par terre… Il n’en est rien, le groupe revient pour un dernier morceau… Jérémy remercie chaleureusement le public, et conditionne leur prochaine venue avec l’arrivée d’un nouvel album… Rien de plus précis. On est rincés, et eux trempés comme des soupes… Il est vrai qu’un « vrai » nouvel album serait le bienvenu, même si TA a sorti différents splits après 2013 notamment avec Pianos Become The Teeth, Title Fight (2013), ou encore Self Defense Family (2014)

Découvert pour ma part en forme de grosse surprise fin 2013 en première partie de Converge dans le fond de la Suisse (@Kiff Aarau), TA est resté fidèle à sa réputation. Un concert avec de bonnes ondes positives, une énergie débordante et un enthousiasme du public qui participe pleinement au show… A refaire, peut-être dans un autre cadre. On ira les revoir, certainement en Suisse voisine.

-STeflan

Crédits photos : Nicole C Kibert

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :