Logo Sensation Rock

SOUNDGARDEN, Echo Of Miles: Scattered Tracks Across The Past

Vertigo/Universal/2014

Publication d’une compilation dense d’un des fers de lance de la scène de Seattle des nineties. Trente ans de carrière revisités par des chemins moins connus du combo.
On donnait le groupe mort mais il est revenu de façon plutôt convaincante il y a deux ans avec King Animal, au grand bonheur des fans de Chris Cornell & co. En attendant une nouvelle production studio, fort probablement une fois que Matt Cameron trouvera du temps libre quand Pearl Jam sera en mode repos, Soundgarden offre ici une compilation en trois temps, constituée de titres collectés durant plus d’un quart de siècle.
Le premier temps intitulé Originals, contient des titres originaux donc du groupe, qui composaient les face B des singles ou qui étaient présents sur des bandes originales de films, des plus confidentiels mais non moins cultes Pump Up The Volume ou Singles au récent blockbuster Avengers. L’amateur de Soundgarden saura rapidement replacé les titres à l’époque à laquelle ils ont été écrits. Heretic ou Birth Ritual, sonne le temps bien heavy du combo où Cornell n’hésitait pas à maltraiter ses cordes vocales. Black Rain, titre épileptique déjà présent sur Telephantasm,  sent bon l’époque de Badmotorfinger et mérite pleinement son titre de “meilleur morceau écarté de la tracklist finale”. She Likes Surprises – que toute personne ayant acheté Superunknown en 1994 possède déjà – et Bleed Together explorent un peu plus l’aspect pop instillé par le groupe depuis cet album indispensable. Au rayon purement inédit, Storm fait le boulot.
La seconde partie du coffret fait la part belle aux reprises. Ça commence par Swallow My Pride, et son faux air de Mudhoney. En même temps, pas étonnant quand on sait que c’est un titre de Green River, les pionniers du mouvement “grunge” et qui comptait en plus de Jeff Ament et Stone Gossard de Pearl Jam, Mark Arm et Steve Turner qui fonderont le groupe géniteur du classique Touch Me I’m Sick. Come Together des Beatles se pare de noir, Can You See Me? d’Hendrix se fait punk, Search And Destroy en version live fait mouche et détruit tout, sous les coups de butoir martelés par Matt Cameron. La new wave est aussi à l’honneur avec la relecture sous antidépresseurs de Girl U Want de Devo.
Pour conclure, le troisième temps Oddities est un fourre tout d’instrumentales, démos et remixes, peut être pas le plus passionnant de la cinquantaine de titres que proposent Echo Of Miles mais la version dark de Black Days III et l’hallucinante accélération que prend la guitare de Kim Thayil sur Ghostmotorfinger (connu sous le nom de Motorcycle Loop sur le maxi de Feel On Black Days) mérite qu’on prête tout de même attention au dernier disque du coffret.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :