Logo Sensation Rock

LIVE REPORT: HELMET, L’Atelier des Môles, Montbéliard (25), Jeudi 6 Novembre 2014

Les 30-40 ans s’étaient tous donnés rendez-vous à la petite salle indépendante de la Cité des Princes pour un petit voyage dans le temps, direction les nineties et un de ses albums classiques.
Les New-Yorkais sont enfin là après une annulation suite au décès du père de Page Hamilton. Un léger retard qui n’aura pas eu de conséquence tant sur le set que sur la présence du public, qui remplit facilement l’Atelier. Un public qui a même passé la frontière quand on entend parler la langue de Goethe dans les rangs. C’est un véritable concert générationnel ce soir, avec tous ces bacheliers des années 90 qui sont venus écouter un album culte de la même décennies. Car ce soir, Helmet est avant tout là pour célébrer les vingt ans de la sortie de Betty, cet album à la célèbre pochette ornée d’une jeune femme avec son panier de fleurs derrière un filtre jaune. Une ambiance bucolique à l’opposé de la déflagration heavy du disque, que le groupe joue dans l’ordre, de la première à la dernière note et rien ne manque, même pas l’intro bluesy de Beautiful Love. Et quand on est familier avec Betty, on sait que ça va démarrer sur les chapeaux de roues. On se prend dans la face les quatre premiers titres (les classiques de l’album quelque part) et à aucun moment la puissance du son d’Helmet ne baissera. Wilma’s Rainbow – dommage que la balance de la voix n’était pas au point à ce moment là -, le chant déchirant de I Know, l’influence hip hop de Biscuits For Smut et la géniale Milquetoast scandée par le public. Helmet est lancé et le quinqua Hamilton à la chevelure argentée très dégarnie n’accuse pas le poids de l’âge.
Le son est très puissant et les jeunes recrues qui entourent Hamilton (qui devaient également être ado au moment de la sortie du disque) y sont pour beaucoup. Une basse hyper lourde et un batteur – sosie de Sammy du Scooby Gang – font tourner la machine en se rendant les coups.
Mais le concert ne s’arrête pas au seul Betty, même si on aurait pu quitter les lieux conquis après le fin de la setlist de l’album. Betty n’était en fait que la première partie de la soirée. Helmet se lance ensuite dans un mini-best of, grandement construit autour des pistes de Aftertaste, leur autre grand succès, mais aussi du dernier album en date, Seeing Eye Dog. Histoire de démontrer que même si on peut quelque part trouver ce son un peu daté, il est toujours diablement efficace. Et de toute manière, ceux qui ont choisi de venir ce soir ne venaient pas là par hasard et à voir les demandes d’autographes à la fin du show – et pas que sur les billets du concert ou sur les pochettes de l’album, n’est-ce pas Madame? – montrent que les fans sont toujours aussi présents.
Très beau coup de l’Atelier des Môles d’avoir su attirer un tel groupe dans ses murs et permettre de revivre cette époque dorée du metal alternatif. A qui le tour maintenant? On aurait bien quelques propositions…

Setlist:

. Wilma’s Rainbow
. I Know
. Biscuits For Smut
. Milquetoast
. Tic
. Rollo
. Street Cab
. Clean
. Vaccination
. Beautiful Love
. Speechless
. The Silver Hawaiian
. Overrated
. Sam Hell

. Diet Aftertaste
. In Person
. Renovation
. Welcome To Algiers
. Miserable
. (High) Visibility
. Unsung
. On Your Way Down
. Exactly What You Wanted
. Like I Care
. Birth Defect/ Broadcast Emotion
. Crisis King
. It’s Easy To Get Bored
. Pure
. White City

Un grand merci à Jérémy et à l’équipe de l’Atelier des Môles.

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :