Logo Sensation Rock

JULIAN CASABLANCAS + THE VOIDZ, Tyranny

Cult Records/2014

L’année dernière, Julian Casablancas nous offrait en compagnie des Strokes, Comedown Machine et collaborait avec Daft Punk sur Instant Crush. Cette année le New-Yorkais s’attaque au système aux côtés de The Voidz avec Tyranny, un album engagé, plus punk hardcore que rock, où néo-psychédélisme et synthé-pop riment avec indie et garage. 

L’album s’ouvre sur Take Me In Your Army, titre annonciateur qu’une bataille se prépare, tout en percussions métalliques et notes de clavier dissonantes. Les gimmicks de guitare sont précis, systématiques et inquiétants. De même, ce qui perturbe, c’est le chant clair de Casablancas, connu pour sa voix particulièrement fauve. Si le dandy a rejoint les rangs de The Voidz (qui compte déjà parmi ses membres, les deux guitaristes Jeremy Gritter et Amir Yaghmai, Jacob Bercovici à la basse, Alex Carapetis à la batterie et aux percus et Jeff Kite aux claviers) c’est pour mieux se préparer aux hostilités.
En effet Tyranny est un album très engagé qui entend mener une guerre farouche contre le dictat des grosses entreprises. Le tout à coup de métal hurlant, de riffs ravageurs et de gimmicks dissonants. Et pour sûr, lorsqu’interrogé lors d’un communiqué de presse sur son album, voilà ce que Julian Casablancas répond : « La tyrannie a pris de nombreuses formes à travers l’histoire. Maintenant, le bien de l’entreprise est mis au-dessus de toute autre chose, les sociétés sont devenues le nouveau corps décisionnel et la plupart des décisions semblent être prises à la manière d’un roi médiéval. On favorise tout ce qui permet d’engranger des bénéfices tout en ignorant et en réprimant la vérité sur la souffrance réelle que ça peut engendrer. »
On comprend mieux le titre de l’album, Tyranny, faisant référence au despotisme et à la cruauté en vigueur dans le monde du Business. Pour montrer son implication, le groupe, non seulement produit sous le label Cult Records créer par Julian, mais propose ses disques à la vente pour la modique somme de 3,87 $.
Trois titres de Tyranny semblent émerger, il s’agit de Crunch Punch, Humain Sadness et Where No Eagles Fly. Le premier est le plus dissonant de l’album. Les tonalités alternent entre rock garage et synth-pop au même rythme que le chant se fait tantôt tendre tantôt rauque. Le second très solennel, qui dure presque 11 minutes, invite à la réflexion entre mélopées poétiques au clavier et affres tapageuses des deux guitares en présence. Des distorsions electro font de la voix de Casablancas un instrument nouveau, comme hérité de sa collaboration avec Daft Punk. La dernière beaucoup plus rythmée, fait rimer la voix éraillée du chanteur et les cordes métalliques de la basse sur un nuage de son plein d’électricité statique. Casablancas y dénonce le monde des affaires, où les loups et les prédateurs mangent de la viande jusqu’à plus soif.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :