Logo Sensation Rock

THE KOOKS, Listen

Virgin/2014

On se souvient (presque) tous des tubes imparables – Always Where I Need To Be, Sofa Song, Eddie’s Gun ou  encore Junk Of The Heart engendrés par le quatuor anglais The Kooks, et ce, depuis 2006 et l’impeccable Inside In Inside Out

Le combo revient donc avec un quatrième opus marqué par – selon le leader Luke Pritchard – la “pure expression”. Que signifie ce nouveau concept ? On n’en sait rien, toujours est-il que l’inspiration pour ce nouveau disque est venue du hip-hop, du R’n’B, de l’electro…Certes, il leur fallait bien ça : un changement de cap radical pour éviter l’implosion (pour cause de dépression, etc.). C’est à Fraser T. Smith, producteur hip-hop de son état qu’a incombé la tâche de façonner ces morceaux. Dès Around Town, on est donc d’emblée dérouté : l’intro du disque est une scie gospel-funk plutôt bien fichue mais qui détonne franchement avec le reste du répertoire des Anglais. Suite à ça – il va falloir s’y faire – arrive Forgive & Forget, soit le mariage improbable entre un couplet à la Funkadelic et un refrain à la…George Michael ! The Kooks a changé, quasiment rangé les guitares électriques. Les riffs indie-rock immédiats ont fait place à des cocottes funky. Avec ses quelques accords francs de guitare acoustique, Westside pourrait bien commencer s’il n’était pas rattrapé par de grossières nappes de synthétiseur. Pour être dans l’air du temps ou fricoter bientôt avec Kanye West ou Rihanna, le combo signe également See Me Now, slow dégoulinant au piano. Pas que Pritchard chante mal mais là on frôle la caricature, les enfants. Passé les tout à fait dispensables It Was London, Are We Electric, Bad Habit et l’urticant Down, on peine à trouver dans ce disque des morceaux capables de nous convaincre. La prochaine fois, peut-être ?

Total
0
Shares
Related Posts

ANA, Secret Garden

Neuronexion/CD1D/Believe/2011 Ana, duo venu du Mans, c’est une voix et une guitare. Secret Garden dévoile leur univers, fait…