Logo Sensation Rock

SUEDE, Bloodsports

Warner/2013

Grands animateurs de la scène britpop du siècle dernier, Suede se reforme et sonne l’heure du retour après un mutisme de plus de dix ans.
N’espérez pas trouver une pointe de modernisme dans Bloodsports. Brett Anderson et les siens oublient cette décennie vierge de toute sortie et éditent un disque à la production très nineties, aux compositions construites pour être des tubes en puissance. Même si ce nouvel album est moins direct qu’un Dog Man Star ou qu’un Coming Up, des titres comme It Starts And Ends With You ou Snowblind feront tout de même vibrer dans les festivals cet été.
Riffs de guitare entêtants, nappes de synthé accompagnent un Brett Anderson qui n’a rien changé à ses tics vocaux et dont les rêves doivent toujours être hantés par Bowie. Même si la voix semble un peu fatiguée, elle garde ce côté androgyne typique de l’Anglais et on gage que le déhanché est encore de la partie pour accompagner la langoureuse ballade For The Strangers.
La formule démontre cependant ses limites et s’essoufle malheureusement sur le dernier tiers du disque. Si les sept premières pistes sont construites comme une playlist à l’enchainement hyper efficace, What Are You Not Telling Me ? fait vite retomber le rush d’amphétamine. Ce titre, qui ressemble étrangement à un slow poussif d’Indochine, n’est pas rattrapé par les deux chansons qui lui succèdent, dans la même veine pop lente, qui n’est pas le meilleur terrain des Londoniens.
Suede avec Bloodsports signe un retour efficace avec des titres spontanés, qui en dehors d’une conclusion râtée, font ressortir le blouson en cuir saillant chez certains nostalgiques.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :