Logo Sensation Rock

LIVE REPORT: THE DANDY WARHOLS, FESTIVAL GéNéRiQ, La Rodia, Besançon, Samedi 1 Décembre 2012

La Rodia accueille ce soir sa dernière soirée de l’édition 2012 du festival GéNéRiQ. Et comme il se doit, l’honneur revient à une tête d’affiche de clotûrer cette dizaine de jours de concerts, soit The Dandy Warhols.

Affiche alléchante donc pour un samedi soir sold out, tout le monde étant venu voir un des fers de lance du rock indépendant des années 90. Mais en attendant le groupe de Portland, on saluera la prestation énergique à souhait et véritable découverte de Reptile Youth, dont le chanteur est une véritable pile, carburant certainement à autre chose que de la boisson énergétique.

22h30, le moment est enfin venu pour Courtney Taylor-Taylor et ses trois compagnons de prendre possession de la scène. Un morceau d’intro bien senti puis le titre We Used To Be Friends lance le débat, la salle bouge Dandy-Warhols 2195puis… plus rien ou presque. Le quatuor va ensuite enchaîner pendant presque une heure des titres plânants, délaissant complétement les tubes qui ont fait leur succès, plongeant le public dans une certaine torpeur, la nonchalance connue du combo et une balance approximative n’aidant pas. Bon il est vrai que j’enchainais mon quatrième soir de concerts consécutifs, je me dis que la fatigue faisant je suis moins réceptif, mais voyant déjà quelques personnes quitter la salle, je me dis que tout ne vient pas de moi. Heureusement que dans tout ça, Zia McCabe est là pour enflammer un peu les choses grâce à un déhanché ultra-érotique, ayant au moins de l’effet sur la population masculine ( et pas que). Et c’est également à Zia qu’on doit le réveil, quand celle-ci empoigne sa basse pour lancer Sad Vacation, où on trouve enfin les Dandy Warhols qu’on était venu chercher. Le groupe enchainera ensuite avec Bohemian Like You et Get Off. Malheureusement le sentiment premier ne sera pas pour autant dissiper, on reste sur notre notre faim et on gardera une déception certaine de cette prestation. Mais malgré tout, on est un peu fier d’avoir pu accueillir ce groupe mythique au sein de notre bonne vieille Besançon.

Total
0
Shares