Logo Sensation Rock

SUMMER PACK #7 : Joss Stone, Lonely Drifter Karen, Usthiax, Magic Trick

Warner/2012

Retour de la blonde craquante après un album ayant moyennement marché.Cela faisait d’ailleurs quelques disques que l’Anglaise à la voix d’or peinait à convaincre avec son propre répertoire et que leur succès était mitigé. Pour The Soul Sessions, le constat est différent. Le premier volume avait cartonné. Le son était cool (?uestlove des Roots aux manettes et aux baguettes) et les reprises alléchantes (du White Stripes décalé, notamment). C’est clairement dans l’exercice de la reprise que Joss Stone est la meilleure (pour le reste, on ne demande qu’à mieux la connaitre). De retour avec de nouvelles relectures, l’Anglaise sexy met dans le mille à nouveau avec parmi les réussites de ce Volume II un Give More Power To The People des Chi-Lites et The High Road de Broken Bells. Graou graou, Joss !

Crammed Discs/Wagram/2012

Une voix claire, assez puissante pour qu’on s’y arrête un moment, des rythmes presque tribaux, voilà Lonely Drifter Karen, trio cosmopolite mené par l’Autrichienne Tanja Frinta, amoureuse de cabaret et de musique enlevée.On retrouve d’ailleurs ces influences et sonorités sur ce nouvel album Poles, que l’amateur de Florence + The Machine ou Kate Bush saura apprécier. Poles est parfois traversé par de beaux moments (Soul Traveler, Henry Distance) et les arrangements sont dans l’air du temps.

Washi Washa/Bonsaï/Warner/2012

Usthiax, c’est un drôle de nom. C’est le nom de scène du multi-instrumentiste qui évolue dans un univers électro-rock chanté en français. En compagnie de Simon Henner, il signe MMXI, soit une poignée de titres dont le superbe Le Creux Du Cou, titre entêtant et nerveux qui peut ravir le fan des Pixies autant que celui de rock français. Usthiax dévoile un panel d’influences plus large encore, comme le blues, par exemple, pour un résultat hors-normes.

Hardly Art/2012

Ce disque passé inaperçu parmi les (rares) sorties estivales est pourtant l’une des belles surprises indé. Derrière Magic Trick se cache Tim Cohen, musicien prolifique ayant déjà fait paraitre pas mal de disques sous divers alias. Ruler Of The Night délivre une dizaine de titres parfois bizarres parfois touchants tels que ce Invisible At Midnight, ballade nocturne et hanté par la voix de Cohen. Le garçon aime les voix (mixtes) enchevêtrées, la reverb’. En Californien fan de rock et de pop psyché qui se respecte, Cohen réussit un beau disque de saison, à savourer à l’ombre.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :