Logo Sensation Rock

LIVE REPORT : JUSTICE, Halle Tony Garnier, Lyon, 25 mai 2012

Après avoir envahit les ondes radios et remplit des salles de concert du monde entier depuis 2007, le duo électro français Justice ne cesse de voir sa notoriété grandir. Gaspard Augé et Xavier De Rosnay ont entamé depuis le début de l’année une tournée mondiale afin de défendre leur nouvel albumAudio, Vidéo, Disco. Il fallait donc saisir sa chance et profiter des quelques dates françaises dont une à Lyon ou j’ai pu me rendre afin d’assister à la messe apocalyptique de nos 2 prophètes.

L’immense salle est quasi comble et l’intensité des 10 000 personnes présentes ce soir commence à se faire sentir. Aux alentours de 21h30, les lumières s’éteignent et la célèbre croix s’allume provoquant un grand engouement de la foule. Nos 2 messies débarquent sur l’intro de Bach : Toccata Et Fugue En D Mineur , avec un son d’orgue d’église à faire pâlir Dracula en personne. Genesis servit par de lourdes basses prendra la relève ouvrant ainsi les hostilités, suivit de Hélix extrait du dernier album avec des touches plutôt Funky teinté de Rock n roll, marquant ainsi une transition avec le précédent opus. Transition sera le maitre mot de la soirée puisque sans s’arrêter, le duo parisien nous transporte d’un univers à l’autre alternant les 2 albums, accompagnés de boot legs efficaces. Le très électrique Phantom Part I résonne, faisant monter encore de quelques degrés la salle qui s’est transformé en une gigantesque boite de nuit. Arrive ensuite les premières notes du très médiatisé Civilization avec des parties vocales entres Kiss et Daft Punk, suivit de très prêt par Canon rappelant lui aussi le duo masqué. Après cet hommage au rock des 70’s et ses riffs de guitares joués au clavier, retentit le célèbre chœur d’enfant qui introduit DANCE, morceau phare du duo teinté de disco cependant quasi méconnaissable en live servit par des samples plus énergiques. Retour aux sonorités vintage au son de Horsepower et son intro très proche de Thriller de Michael Jackson. Les fans de Supertramp ne seront pas en reste avec Newlands véritable hymne des 70’s rythmé par des claviers et un chant rendant hommage aux grands de l’époque. Changement de décor et d’ambiance ; La sirène d’alarme de Stress vient de s’allumer. Comme son nom l’indique ce titre nous amène vers une atmosphère inquiétante. Que ce soit les samples , les claviers, ou encore les jeux de lumières plus que bluffants, tous les ingrédients sont réunis pour nous transporter dans un univers d’apocalypse. Le très lourd Minute To Midnight vient prendre le relais ; Puis en un éclair, nous passons de l’ombre à la lumière grâce à We Are Your Friends et son ambiance disco-pop, avec un refrain repris en chœur par la salle entière. Les nappes de claviers de Audio, Vidéo, Disco retentissent pour un son ultra vintage caractérisant encore une fois parfaitement le rendu du dernier album.

546470_3855128264226_1641530053_n-2.jpg

Après une courte pause le duo revient pour le rappel avec On n On ou le clavier sera à l’honneur, dépoussiérant encore une fois 40 ans du passé. Le premier album n’est pas en reste puisque s’en suit NY Excuse véritablement taillé pour les night club servit par des lourdes basses faisant trembler la salle entière, ainsi que DVNO rythmé par la foule sautant sur place face à l’efficacité du morceau désormais devenu incontournable. Dernier moment de folie lorsque retentit le sample de Killing In The Name empreinté à Rage Against The Machine introduisant Pantom Part II, qui prendra des allures de rave party par la suite face à la bestialité du morceau remixé qui nous laissera définitivement en état de transe. Après 1h40 le duo parisien viens nous saluer alors que retentit Parade fortement influencé par Queen, venant calmer les esprits visiblement bien échauffés.

562101_3855124984144_1458919977_33276479_487171637_n-2.jpg

Ce soir Justice nous aura encore surpris avec une setlist impeccable ; Les nouveaux morceaux différents par leurs influences rétro et vintage ayant été controversés par certains fans des premières heures prennent une toute autre ampleur sur scène, servit par un jeu de lumière vraiment bluffant. C’est donc à moitié aveugle et sourd que nous sortons de l’immense salle, en attendant la prochaine messe des 2 prophètes qui s’arrêteront à Belfort pour les Eurockéennes en Terre Sainte.

Total
0
Shares