Logo Sensation Rock

JACK WHITE, Sixteen Saltines 7″

Third Man Records/2012

Décidément, ce début d’année 2012 est fort en rebondissements ! Le 30 Janvier, Maître Jack White annonçait la sortie de son premier album solo Blunderbuss et nous offrait un premier extrait haut en couleurs, Love Interruption. Ce mardi 13 Mars, le gaillard nous balance un deuxième extrait, Sixteen Saltines.
« If you talk too much, this man may die », bouts de papiers pendus sur le miroir, qui reflète un White se menaçant avec un rasoir à lame. C’est un peu cette sensation de sursaut et de haut-le-coeur que nous ressentons à l’écoute deSixteen Saltines ! Ne vous attendez pas à du White Stripes, ni à du Raconteurs ou encore du Dead Weather. C’est un nouveau White, plein de maturité, qui va nous déboulonner la g***** ! L’instrumentalisation est sincère et brute, sans trop d’arrangements, ça claque où il faut. On trouvera amusant l’ajout d’instruments à cordes, de la mandoline, peut-être, au milieu d’un tel morceau. Comme à son habitude le Troisième Homme crache ses paroles, mi-chant, mi-spoken word, ponctué de « Ahahah », à la recherche du mot « respirer » qui n’a pas lieu d’exister. On le sait, Jack White est fourbe, et ne nous en dévoile pas plus. Nous nous contenterons de la reprise de U2,Love Is Blindness. Morceau bourré d’effets, qui n’affecte pas l’interprétation de l’artiste. C’est aussi une démonstration magistrale de sa puissance vocale.
Redescendre sur terre est difficile, encore cinq semaines environ à patienter. Mais l’on peut déjà se réjouir de la date prévue aux Eurockéennes, et d’une date parisienne à venir. Jack White, on t’attend de pied ferme !

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :