Logo Sensation Rock

DAMIEN JURADO, Maraqopa Sessions, Red, Blue & Yellow 7″ // V/A, Jurado Covers

Secretly Canadian/2012

Blue 7″ – Wyoming Songbirds / Ghost of David (The Return)
Red 7″ – Clouds Beyond / Let Us All In
Yellow 7″ –Diamond Sea / Pentagrams

//

../blog.seattletimes.nwsource.com/matsononmusic/assets_c/2012/02/juradocovers5-thumb-630x419-29900.jpg

Jeremy Enigk, Last Rights

Jonathan Russell (The Head & The Heart), Beacon Hill

Al James (Dolorean), Cloudy Shoes

Pickwick, I Am The Greatest Of All Liars

Cadeaux de choix pour les fans et hommage de qualité par la crème de la scène indé ouest-américaine. 2012 est donc l’année Jurado.
Dès que sort un nouvel opus, Secretly Canadian et Damien Jurado ne négligent pas lafanbase,délivrant toujours quelques titres bonus. Un EP d’inédits pour Saint Bartlett en 2010, pas moins de trois 45T accompagnent la parution de Maraqopa, l’excellente nouvelle mouture du chanteur de Seattle. Sobrement intitulés Red, Blue et Yellow 7″, ces trois pressages sont de petites merveilles pour les oreilles. A commencer par Clouds Beyond, morceau immédiat accompagné de choeurs célestes (Mr Swift ?) et d’une voix féminine (celle de la pétillante Melodie Knight ?).
Diamond Sea, livré ici dans une version cuivrée et servie par des choeurs angéliques, fait partie des morceaux joués pendant la tournée Saint Bartlett (il figure d’ailleurs sur la tracklist du live acoustique Live At Landlocked, paru pour le Record Store Day en 2011), Let Us All In – lui aussi a connu une vie en mode “démo” – confirme le talent spectorien de Richard Swift, les guitares et les choeurs pleins de reverb’ font de ce titre une belle ritournelle vintage.
Les autres morceaux sont dans la lignée de ceux deMaraqopa, livrés dans leur simple appareil (guitare + voix + choeurs) mais continuent d’envoûter autant qu’unWorking Titles. Parmi eux le céleste Pentagrams et Wyoming Songbirds, chanté avec cet écho et un magnifique choeur féminin, devenus en quelque sorte les marques de fabrique des chansons de Damien Jurado.
Dans le lot, un titre se démarque et c’est un revenant. The Ghost Of David renait et devient un titre de plus de huit minutes, Jurado se lance dans une sorte de long prêche complètement habité par le fantôme…de David.

Tous ces titres n’auraient pas dénoté sur Maraqopa, mais comme Damien Jurado est très prolifique, il a certainement fallu faire des choix parmi une liste impressionnante de titres. Réunis sur trois 45T de couleur, ces quelques titres confirment tout le bien qu’on pense de Jurado.

Puis, pour satisfaire encore plus l’admirateur du chanteur de Seattle, de fins représentants de la scène indé ouest-américaine rendent un bel hommage à ce “parrain du folk”, il y a l’ami de longue date, Jeremy Enigk, ex-Sunny Day Real Estate (Nate Mendel de Foo Fighters était à la basse…) qui reprend de façon troublante Last Rights et ne démérite pas par rapport à l’original sur Caught In The Trees, il y a aussi le leader de Dolorean, Al James, qui propose une relecture épurée et inspirée de Cloudy Shoes. Jonathan Russell, chanteur des excellents The Head & The Heart livre sa version de Beacon Hill, une reprise plus riche en arrangements que l’originale puis les cadets de cette scène, j’ai nommé Pickwick, propose de se réapproprier à la sauce soul garage le titre I Am The Greates Of All Liars (sur le EP Holding His Breath). La nouvelle sensation de Seattle interprète un morceau très court mais incarné par son chanteur, et ça vaut le détour, tout comme cette dizaine de chansons venant de Damien Jurado ou des émules qu’il a fait ici et là.

>> http://seattletimes.nwsource.com/html/matsononmusic/2017527944_neo-folk_forerunner_damien_jur.html

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :