Logo Sensation Rock

INTERVIEW – FLYTE

Découvrez la retranscription de l’interview de Flyte réalisée en partenariat avec Stag Radio !

 

 

Bonjour tout le monde, Hello everyone. Je suis Jenna Pacini, je travaille à Stag Radio, la radio de l’Université de Surrey. Aujourd’hui nous avons une interview très spéciale car nous la faisons en partenariat avec Sensation Rock. C’est un webzine français très cool basé à Besançon

Si vous voulez développer votre français vous pouvez aller sur leur facebook, pour en savoir plus sur la communauté rock, des revues de concerts et interviews !

De même, si vous faites partie de la communauté Sensation Rock, n’hésitez pas à suivre la radio des cerfs et Alt. Sessions ! C’est une émission de groupe de musique indie et émergente qui vous permettra de découvrir toutes les nouveautés de la scène musicale avant tout le monde !

J’espère que vous allez aimer cette interview !!  J’en suis très contente car c’est un groupe que je suis depuis plusieurs années déjà, ils s’appellent Flyte. Un grand merci à sensation rock qui m’as permis de faire cette interview. Flyte est un groupe de soft indie rock et ont été très sympa de nous avoir accordé cette interview !! Sans vous faire attendre plus allons voir ce qu’ils nous racontent.

  • Présente-toi

Bonjour c’est Will de Flyte!

  • Comment-vous êtes-vous rencontrés ?

John (le batteur) et moi, étions dans la même école primaire. Je me rappelle que j’emmenai ma mère le voir jouer de la batterie. Il était très talentueux pour son âge et adorait Slipknot à l’époque. Son style était donc très énergique, et utilisait beaucoup de doubles pédales.

Et Nick qui était plus vieux que nous, était dans un groupe très cool à l’époque. Ils avaient tous des vestes en cuir et des petites copines.Ils étaient bien plus cool que nous et nous battaient tout le temps en compet. Mais plusieurs années après, il n’avait plus de groupe. Nous étions toujours actifs, donc il nous a rejoint.

  • De quoi parle votre premier album ?

Notre premier album, the loved ones, est une collection d’histoires sur différentes personnes que nous avons rencontré à différents moments de nos vies.

Annie and Allister rappelle l’acronyme AA, des alcooliques anonymes.

Victoria Falls est sur la bipolarité.

Orphans of the storm est sur mon grand-père qui avait Alzheimer.

Cet album était un peu comme un livre rempli de personnages.

 

  • Archie Marry me, est une reprise du groupe canadien Alvvays, pourquoi avez-vous décidé de reprendre cette chanson ? Dis en nous plus sur vos Covers

Il y avait une période en 2016 où pour s’amuser, on a repris des chansons connues, ça a commencé quand on a chanté une chanson de Johnny Mitchell pour noël appelée River. On l’a mise sur facebook et ça as fait un succès monstre, avec des millions de vues ! On a donc décidé de continuer, on a repris des chansons comme 5 years de David Bowie, quand il est mort pour le commémorer. Ce qui coïncidait avec la mort de George Martin d’ailleurs. Après ça, on a repris In My Life des Beatles.

Et enfin je ne sais pas pourquoi mais nous avons décidé de reprendre cette chanson de Alvvays. C’était un exemple de chanson moderne qui était écrite de façon classique comme nous aimons le faire. On a donc pensé à faire une version acapella de cette chanson, qui a fait beaucoup de succès. Quand nous avons enregistré notre album, le label nous as donc demandé de l’intégrer. Au départ nous étions un peu septique mais ça ne nous a pas pris longtemps en fin de compte, donc elle a été ajoutée à l’album.

  • Comment c’était de jouer au O2 Kentish town avec les Lemon Twigs ?

On était très flattés d’avoir été choisis par les Lemon Twigs pour leur première partie. On avait suivi leurs débuts, quand ils jouaient au Moth club à Londres. C’est une petite boîte (300 personnes max) à Hackney. C’était super de les voir jouer là-bas, Il y avait des personnes très importantes dans le public comme Tony Visconti (le producteur de Bowie), Alex Turner des Arctic Monkeys, ça montrait vraiment que c’était un groupe qui allait gagner de l’importance.

Donc quand ils nous ont demandé, on était très contents. On les a suivis pendant leur tour du UK qui finissait au O2 Kentish. C’est toujours super de jouer là-bas, on y avait déjà joué quelques fois. C’est une super salle qui a beaucoup d’histoire. C’est une de ces salles que tu veux avoir sur ta bucket liste en tant qu’artiste !!

  • Comment était votre dernier concert à paris en 2018 ?

On a adoré ce show à Paris en 2018 ! On est revenu en 2019.

A chaque fois c’était un super show, on a toujours été surpris de voir le nombre de personnes qui venaient nous soutenir. On reviendra c’est sûr, quand la situation s’améliore. C’est en haut de notre liste !!

  • On adore votre dernier single, Easy Tiger, de ça quoi parle ?

C’est le premier single du prochain album que l’on va sortir. Même si on en a parlé plus comme un prologue qu’un single. C’est très court, dramatique et noir, ça raconte cette histoire de jalousie et trahison. C’est un point de départ pour une histoire qui n’a pas encore été racontée. Ça a été écrit dans cette chambre après une terrible peine de coeur. C’était une réaction sur des choses que j’avais vu sur les réseaux sociaux, je l’ai écrite en 5 min.

C’était étrange de la sortir pendant le confinement, pendant une période toute aussi isolée et étrange.

  • Petite pensée pour Le Boileroom à Guildford, quelle est ta salle de concert préférée ?

Le Boileroom est une salle iconique à Guildford ! Nous y avons joué plusieurs fois car nous venons du Hampshire. Guildford était donc à mi-chemin entre nous et Londres. Nous y avons mis un de nos stickers pendant notre dernière tournée comme c’est la tradition. C’est une de nos salles préférées qui a tellement d’histoire !

Une autre salle qu’on adore est celle où on organisait notre soirée mensuelle appelée le Moth club. C’est un vieux club pour hommes, je ne sais pas si vous en avez en France. Mais c’est une relique archaïque, représentant un temps révolu. C’est dans l’Est de Londres. Il y a un plafond doré brillant là-bas. C’est une petite salle dont on se rappelle et qui vous met dans une ambiance très particulière. Je l’adore !

  • Est-ce que vous êtes confinés ensemble ?

Non malheureusement, nous ne sommes pas confinés ensemble. On revenait tout juste de Los Angeles pour enregistrer des chansons, nous avions vécus ensemble pendant deux mois.

A la minute où on a atterri, Boris Johnson as annoncé le confinement. Nous avons plutôt vu cela comme une opportunité de se donner un peu d’espace personnel. Mais peu après on s’est rapidement dit qu’on aurait dû rester ensemble. Ça aurait été plus simple pour écrire des chansons.

  • Est-ce que le confinement vous a inspiré ?

Le confinement a fait jaillir beaucoup de choses. Personnellement j’ai eu une année chargée l’an dernier, je pense que c’était le cas de tout le monde. Nous avions beaucoup voyagé et nous étions à LA pour les enregistrements. Nous voulions vraiment trouver une échappatoire et le confinement nous as obligés à rester enfermés, à faire une vraie pause et refléter sur nous-même. Cela m’a permis d’écrire beaucoup de chansons, c’était très inspirant.

Ça ne l’est plus trop maintenant, je fini par m’ennuyer.

  • Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

C’est bien d’être enfermé à nouveau avec tous mes CD. Je n’écoute plus trop de CDs pour découvrir des artistes maintenant qu’on a Spotify, apple music et autres plateformes de streaming.

Mais en ce moment j’ai le temps d’écouter tous ces CD, que d’autres artistes m’ont donné ou que j’ai acheté pendant des concerts ou pour soutenir des groupes émergeants, ou même des vieux CDs que j’ai achetés quand j’étais ado. Il y a eu beaucoup de temps pour écouter de la musique que je n’aurai pas habituellement le temps d’écouter. Ou même des CDs que j’avais oublié et que j’ai redécouvert

  • Comment penses-tu que le Covid change la scène musicale en ce moment ?

J’aimerai pouvoir continuer le show que nous avons commencé en Live Instagram. C’est un show que nous faisions chaque Lundi. C’était une façon très sympa et personnelle de saluer nos fans. Et comme j’écrivais beaucoup, c’était une motivation pour moi, de finir ces chansons pour qu’elles soient prêtes le lundi. Ça serait bien de pouvoir continuer à faire ça pendant nos tournées, depuis nos loges.

  • Quels sont vos plans pour après le confinement ?

En premier lieu, nous voulons nous retrouver dans un endroit isolé, peut être en Ecosse. Pouvoir éteindre nos téléphones et nous retrouver ensemble avec nos instruments, pour commencer à élaborer notre prochain album. Nous avons beaucoup de chansons à élaborer, sur lesquelles nous avons commencé à travailler depuis le confinement.

C’est le moment de se retrouver, pour pouvoir jouer et écrire ensemble, plutôt que de le faire par l’intermédiaire de nos téléphones. Nous travaillons mieux quand nous sommes ensemble, dans la même salle et au même moment, quand nous découvrons ensemble.

  • Un dernier message ?

Je salue Nick et John car ils me manquent et j’espère qu’ils vont bien. J’aurai aimé qu’ils soient ici avec moi pour cette interview.

Vous me manquez les gars !!

Voilà j’espère que vous avez aimé cette interview ! Vous pouvez suivre Flyte sur leurs réseaux sociaux. Suivez également Sensation Rock, c’est un Webzine super et ça vous permettra de devenir meilleur en français !

 

 

Si vous suivez Sensation Rock, allez suivre Stag Radio et Alt. Sessions, c’est une émission cool sur les groupes émergents et sur les dernières nouvelles de la scène indie anglaise.

Pour nos amis anglais, suivez Stag radio et Alt. Sessions. Je vais mettre les liens en description. Restez connectés car nous avons beaucoup d’autres interviews à venir !! Et peut être certaines avec Sensation Rock !!

Encore un grand merci à Flyte, c’était super de pouvoir leur parler !

Prenez soin de vous !

Total
43
Shares
Related Posts