Logo Sensation Rock

SLAVES, Acts of Fear and Love

Deux petites années après l’assommant Take Control, Slaves revient nous gratifier d’un troisième album plus ou moins fidèle à ses débuts. Ce qui est certain en tous cas, c’est que le duo batterie-guitare est toujours autant prêt à en découdre.

 

C’est en 2012 que deux jeunes anglais, qui venaient à peine de rentrer dans la vingtaine, démarrent l’aventure Slaves. Et c’est sous une formule peu conventionnelle et relativement curieuse qu’Isaac Holman (batterie/chant) et Laurie Vincent (guitare/basse/chant) viennent donner de grands coups de pied dans une fourmilière punk quelque peu vieillissante et laissée à l’abandon. Depuis, deux albums brutaux et sans concessions, Are You Satisfied? et Take Control, ont été dévoilés à la face moribonde du monde. En cette fin d’été, les deux acolytes en remettent une couche avec avec un dernier bébé qu’ils ont décidé d’appeler Acts of Fear and Love.

 

Slaves reprend là où il nous avait laissé il y a quelques temps avec They Lives They Wish They Had, un brûlot punk fédérateur appuyé par un spoken word digne de ses contemporains et voisins de Sleaford Mods. La rythmique est basique, le titre est court et revendicateur. Nul doute possible, le tandem est bien revenu dans la partie. La suite, avec Cut and Run, un morceau dévoilé en avant-première il y a quelques semaines, se veut plus apaisée et lorgnerait presque du côté de la britpop. Mais Bugs vient rapidement faire mentir ce constat avec un riff entêtant et féroce qui ferait taper du pied n’importe quel être humain normalement constitué et pourvu d’un semblant de sensibilité. Magnolia retourne frapper à grands coups de tête sur la porte de la pop, la formule tendue et abrasive du groupe est bien présente. Certains retrouveront même des relents grunge, inévitable quand on naît un moins après la sortie Nevermind. Et ce n’est pas Isaac Holman qui viendra dire le contraire (ndlr : il est né le 30 octobre 1991). En milieu d’album, le duo se permet un léger intermède avec Daddy, une chanson légère où la voix de Holman vient doucement se poser sur la guitare de Vincent. Slaves sait aussi se faire tendre, enfin presque… Une courte respiration puisque Acts of Fear and Love redémarre de plus belle pour ne plus nous lâcher. Et même un Photo Opportunity et ses montagnes russes faussement calmes ne nous laisseront pas de répit jusqu’à l’excellent titre éponyme qui vient clore l’album, où un certain groove vient souffler le chaud et le froid pour notre plus grand bonheur. Une conclusion âpre et amère où les mots « fear » et « love » viennent constituer une antithétique ligne directrice progressivement chaotique.

 

Même si l’on retrouve l’efficace et brutale recette Slaves, cette dernière semble s’être quelque peu assagie sur ce troisième effort. L’album se révèle un peu moins piquant, moins acide que ce à quoi nous avions été habitué. Néanmoins, le furieux tandem a toujours des choses à dire et va jusqu’au bout des choses. Et à l’heure où de nombreux groupes trop présents sur le devant de la scène se contentent du minimum, ce jusqu’au-boutisme et cette sincérité font réellement du bien. Merci.     

 

Hugo COUILLARD

Artiste : Slaves

Album : Acts of Fear and Love

Label : Virgin EMI Records

Date de sortie : 17/08/2018

Genre : Punk

Catégorie : Album rock

Total
1
Shares
Related Posts