Logo Sensation Rock

NOFLIPE, samedi 6 janvier 2018, Le Plan B, Poitiers (86)

Noflipe, les vaillants chevaliers de la fatfuzz, ont débarqué de leur 91 natal pour fêter dans une ambiance survoltée les 7 ans du bar associatif culturel Le Plan B, à Poitiers, le samedi 6 janvier. Dans une salle pleine à craquer de jeunes en quête d’ivresse post gueule de bois du premier de l’an, ils ont balancé sans crier gare leur son lourd et jouissif, provoquant une vibration d’extase qui s’est prolongée au fil des morceaux pendant une bonne heure et demie.

Ces 7 fantastiques personnages issus d’un univers décalé ont uni leurs singularités pour donner corps à un set fluide et parfaitement structuré. Dosant dans un subtil mélange un hip-hop inspiré des Beastie Boys sur de gros riffs rock dignes de Rage Against the machine, le tout assoupli par une dose de funk à la Macéo Parker, ils ont ensorcelé lïeur public en sueur, avide de cette fusion intergalactique.

 

 

Derrière sa batterie, l’infatigable Toc-Toc, véritable machine à breaks, tapait dur et précis, embarquant ses comparses dans une course orgasmique qui jamais ne s’essoufflait. À la basse, S-Low, le samouraï du fatfuzz à gueule d’amour, portait le groove sans faillir de son gros son chamanique. Natch, le guitare-héro étoilé, surfait avec sa 7 cordes sur une onde saturée tel un Jedi nimbé de lumière. Rudy Tiger, pianotant frénétiquement, accompagnait énergiquement la mélodie et la ponctuait parfois en faisant jaillir de son clavier des phrases jazzy acidulées. Quant au flamboyant Dr. E, il nous transportait dans les caves New-yorkaises les plus torrides par les rugissements habiles de son saxophone. Enfin, pour toaster le tout à la sauce Hip hop, le brillantissime duo de chanteurs Pew et Flush, au flow incomparable, revendiquant haut et fort son Bad Akzent (mauvais accent), driblait les mots avec aisance, souple comme deux chats et percutants comme des slaps. Et quand tous scandaient de concert quelques mots, la puissance de leur tribu se faisait sentir et vous prenait aux tripes.

 

 

Mais au-delà de leur originalité et de leur précision, ce qui touche vraiment chez eux c’est leur engagement total dans la musique, perceptible du bord de la scène jusqu’au fond de la salle. Un alliage parfait de sincérité et d’autodérision où l’amusement ne cède jamais rien à la qualité du son. Et que ceux qui ne me croient pas aillent donc voir sur Youtube leurs clips délirants. Si je mens, je veux bien être changée en pédalier fatfuzz.

 

  • Juliette Chalard-Deschamps

 

 

 

Total
10
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :