Logo Sensation Rock

INHEAVEN + THE CHERRY BONES, Lundi 23 octobre 2017, le Point Ephémère, Paris (75)

C’est dans une salle échauffée par The Cherry Bones que nous avons retrouvé les anglais d’INHEAVEN, pour leur premier concert parisien en headliner. Retour sur une soirée douce et folle à la fois.

En arrivant dans la pénombre de la salle du Point Ephémère, nous tombons sur la musique pyschédélique du duo The Cherry Bones. Difficilement qualifiable, le groupe français fait danser la foule sur des sons typés années 80/90, mélangés à des riffs de guitare bien durs, à des cris venant d’ailleurs et des accords joués à l’orgue. Un peu du grand n’importe quoi, mais pas tant que ça au final, le son devient de plus en plus agréable, on finit par taper dans les mains, le public fait la chenille, danse, et apprécie. Mention spéciale au saxophoniste qui les a rejoint sur scène le temps d’une chanson, ajoutant une certaine douceur au show.

 

 

Un bon quart d’heure pour souffler, le temps pour les équipes de changer de plateau, de brancher les instruments. Très vite, la scène prend une toute autre ambiance. Vieux drapeau américain, gros amplis, chemise à paillettes et guirlandes de roses sur les pieds de micros, sans aucun doute Inheaven s’approprient l’espace.

Le public du Point Ephémère attendant beaucoup des quatre anglais, et il a été conquis ! Bien qu’un peu timide sur les premiers morceaux, il ne suffira que de quelques encouragements des musiciens pour que chacun danse, saute et chante.

 

 

Sans ménagement, le premier morceau, « Bitter Town » nous plonge dans le thème de la soirée : une mystérieuse atmosphère intense qui envoute la salle morceau après morceau. Aucun répit pendant les quatorze chansons jouées pendant ce set, quelques mots échangés seulement, des remerciements pour la plupart… INHEAVEN sont heureux d’être là et fiers d’être pour la première fois la tête d’affiche d’une salle parisienne.

On ressent surtout cet enthousiasme chez Chloe Little qui prend l’initiative de lancer un énervé « Vultures » et embarque le public avec elle. Chaque ligne instrumentale est solide et chaque chanson s’enchaîne naturellement. Parfois peut-être un petit peu trop… Ne manque-t-il justement pas un petit grain de folie, une sortie de route maîtrisée ?
Certes, mais en attendant, même les chansons les plus calmes deviennent des hymnes pop-rock indé comme quand les deux voix de Chloe et James s’accordent sur « Do you Dream? », une pure merveille. Plus tard,  « Meat somebody » résonne, et se termine trop rapidement, on en veut plus ! Mais « Treats » arrive, mené d’une main de maître par Chloe, et enflammant la fosse, James suit avec le plus calme et plus solennel « Wasted my life on Rock’n’Roll », pour ensuite terminer sur le désormais classique « Regeneration » qui mobilise tout le monde.

 

 

On sent une forte connexion dans la salle, beaucoup de joie et de bonheur d’être présents : sourires échangés, regards, clins d’oeil, le jeu avec le public est assuré.

La fin du concert est malgré tout un peu brutale. On s’attendait à un rappel, et cette sensation nous laisse un peu sur notre faim. Mais pas le temps de regretter que les membres du groupe sont déjà éparpillés dans la fosse et au stand de merch’ pour rencontrer leur public qui attend en nombre pour pouvoir échanger quelques mots avec les artistes.

 

-Gaëlle

 

Crédits photos : Sophie Ponçot

Total
0
Shares
Autres publications
%d blogueurs aiment cette page :