Logo Sensation Rock

The Rolling Stones, Jeudi 19 octobre 2017, U Arena, Nanterre (92)

Ce jeudi 19 octobre, les papys du rock mondial inauguraient l’U Arena pour le premier concert de leur trois dates parisiennes qui clôturent leur tournée européenne « No Filter Tour » débutée le 9 septembre dernier. Un show à la hauteur de l’évènement…

Le dispositif de sécurité est maximal pour cette soirée inaugurale : pas moins de deux fouilles avant de pouvoir pénétrer dans la magnifique U Arena. Prévu pour accueillir des matchs de rugby, l’enceinte propose une configuration de 40 000 places pour des soirées événementielles.

Nous pénétrons dans la fosse vers 20h. Dans quelques années, à la question rose du trivial pursuit qui vous demandera quel groupe joua les premières notes de musique au sein de l’U Arena, vous pourrez répondre fièrement Cage The Elephant, empocher un joli camembert rose et, par la même occasion, inspirer le respect de vos adversaires d’un soir…

Emmené par le survolté et remuant Matt Shultz au chant, le groupe de rock n’est pas venu faire de la figuration. Les américains proposent un set de 30 minutes rythmé et ouvrent idéalement cette soirée. La foule déjà dense ne s’y trompe pas se montrant attentive et participative. Certaines chansons sont reprises en cœur et les applaudissements entre chaque morceau sont nombreux.

 

 

21h00,  les premières notes de  Sympathy for the Devil résonnent, Mick Jagger, Keith Richards, Ron Wood et Charly Watts entrent en scène. Ils sont accompagnés par tout un groupe clavier, saxophone, basse et choristes. Le public de l’U Arena est aux anges et les «ouh ouh / ouh ouh » sont immédiatement repris en cœur. L’euphorie fait passer au second plan les soucis techniques, plusieurs larsens résonnent dans la salle et la guitare de Keith est trop forte.

Les quatre briscards enchainent avec It’s only rock and roll et Tumblin Dice. La mire est cette fois réglée.  On sent leur joie d’être présents ce soir, les sourires sont sincères et les échanges avec le public nombreux.

Mick Jagger y allant de sa petite blague en français  « Ce soir nous sommes tous des vierges ici ».

 

 

Just your fool, Ride ‘em on down, deux reprises blues de leur dernier album studio viennent démontrer toutes la classe et l’étendue de leurs talent. Mick Jagger sort son harmonica tandis Charlie Watts, l’ainé  du groupe, manie les baguettes avec toujours autant de dextérité.

Les morceaux s’enchainent sans répit, Under my thumbLet’s spend the night togetherYou can’t always get what you want  qui sera le seul morceau calme de ce set, nous permets de souffler et de chanter tous en cœur. La communion est totale.  Il ne s’agirait pas de s’endormir, la machine repart rapidement dans les rapides des classiques du rock avec les incontournables, Paint it blackHonky Tonk Women. Jagger, encore lui, est en feu, il est partout sur cette scène immense qui paraît si petite pour lui.

 

 

Gestion d’égo oblige, l’instant contractuel Keith Richards s’impose à nous. Le guitariste joue Happy et Slipping away qui seront parmis les moins bons morceaux de la soirée. Le temps mort entre les chansons où Keith Richards ne fait que sourire et fumer sa cigarette est de trop et vient casser un show rythmé. C’est oublier trop vite la force de Sir Jagger qui, en un morceau (Miss you), rallume la flamme et fait repartir le train sur de bons rails. Son déhanché et son sex appeal n’ont pas pris une ride.

Un dantesque Midnight Rambler de plus de dix minutes viendra clore les débats sur  la légitimité de la présence sur scène de ses quatre là. Oui, ils ont encore du jus et le prouvent sur ce morceau d’anthologie.

La suite est une succession de tubes, les Stones enfoncent le clou avec Street Fighting Man, Start me upBrown Sugar et Jumpin’ Jack Flash qui clôture une prestation majuscule.

Après presque deux heures de show, Gimme Shelter ouvre un rappel  tant espéré. Le concert se termine sur l’hymne (I can’t get no)  Satisfaction.

Satisfaits nous le sommes et bien plus encore, ne goutons pas notre plaisir de voir les Stones sur scène en 2017, c’est tout sauf banal. Alors oui, les personnes présentent ce soir diront toutes que techniquement tout n’était pas parfait, bien au contraire. Mais l’envie et le cœur  y étaient incontestablement et c’est bien là l’essentiel. A plus de 70 ans  Jagger et sa bande ont mis le feu à l’U Arena durant près de 2h15, déployant une énergie incroyable. Alors on peut se permettre de rêver et d’oser dire : A quand la prochaine….

– Rémy Poidevin

 

Setlist : 

 

Sympathy for the devil
It’s only rock’n’roll
Tumbling Dice
Just your fool
Ride ‘em on down
Under my thumb
Let’s spend the night together
You can’t always get what you want
Paint it black
Honky Tonk Women
Happy
Slipping away
Miss you
Midnight Rambler
Street Fighting Man
Start me up
Brown Sugar
Jumpin’ Jack Flash

Rappel :

Gimme Shelter
(I can’t get no)  Satisfaction

Total
1
Shares
Related Posts