Logo Sensation Rock

ALT-J, Relaxer

Après la publication ces derniers mois des titres inédits 3WW, In Cold Blood et Adeline, le troisième album d’Alt-J, intutilé Relaxer, est enfin sorti le 6 juin 2017. L’occasion pour le groupe de rock indépendant alternatif de mettre une nouvelle fois à profit la voix unique de son leader vocal, Joe Newman, au travers des huit nouvelles pistes que la formation anglaise nous propose.

Pour commencer, In Cold Blood devrait sans doute s’imposer comme un classique pour celles et ceux qui suivent le groupe depuis le premier album . La patte d’Alt-J est plus que jamais présente et se mélange même avec des ambiances proches du reggae, notamment dans l’utilisation des cuivres. À noter également, la présence des iconiques « lalalala » de Joe Newman, qui rappelleront à coup sûr ceux de Breezeblock.

En ce qui concerne Deadcrush, il s’agit là d’un morceau qui possède une saveur véritablement unique. Le beat d’introduction mélangé à des samples de respirations intrigue par son originalité et prend tout son sens grâce à une ligne de basse aussi simple qu’efficace. Truffé d’effets vocaux, ce titre revendique des partis pris osés mais couronnés de succès tant l’équilibre trouvé entre rock et electro est chirurgicale, les deux styles se nourrissent mutuellement sans jamais prendre le pas l’un sur l’autre. Quant au refrain, groovy à souhait, il finit de convaincre qu’Alt J ne s’interdit rien en matière de créativité.

D’ailleurs, la très connotée Hit Me like that Snare fait figure d’hommage au rock, et plus particulièrement à sa dimension intrinsèquement sexuelle . Malheureusement, si lors de la première écoute celle-ci se révèle plaisante grâce à son coté décomplexé et décousu, elle parvient difficilement à tenir la longueur au fil des écoutes.

Dans un style beaucoup plus mélodieux, deux morceaux semblent au dessus du lot, c’est justement le cas de 3WW. La douceur palpable que dégage ce morceau nous enveloppe presque instantanément pour nous tenir en haleine jusqu’à sa conclusion.

De son coté, House of the Rising Sun est d’une élégance rare et montre à quel point l’éventail d’ambiance que la formation est capable de proposer est large. Ce titre aurait parfaitement sa place dans une B.O. de film tant sa construction est propice à l’immersion. L’interprétation savoureuse de Newman, à la fois pure et chaleureuse, semble pensée pour nous transporter dans ce voyage de plus de cinq minutes.

Similaire en terme de registres, ce sont Adeline, Last Year et Pleader qui ferment la marche. Si ces chansons sont indéniablement réussies, elles n’arrivent cependant pas à être aussi accrocheuses que les titre précédents.

Et c’est peut être là un point faible de l’album. Alors que la première moitié démarre sur les chapeaux de roues avec des morceaux surprenants et souvent risqués, la dernier tiers est quant à lui décevant du point de vue de sa variété. Les trois dernières pistes sont très calmes et ne se voient hélas pas contrastées par des morceaux plus hauts en relief. Ceci aurait peut être permis de les mettre davantage en valeur et de rendre l’album plus équilibré dans son déroulement.

Ainsi, ce qu’on peut retenir de Relaxer, c’est qu’à l’image du groupe, cet opus est singulier et ne se repose jamais sur ses lauriers. Chaque morceau a ses particularités et forme individuellement un tout parfaitement cohérent et maîtrisé. Il est vrai que l’album pris dans son ensemble donne l’étrange impression d’une compilation de très bons titres aléatoirement mis bout-à-bout, mais il s’agit là plus d’un défaut de forme que de fond.
Quoiqu’il en soit, le groupe est à la hauteur des défis audacieux qu’il se lance et réussi encore et toujours à nous surprendre.

 

  • Mickaël Descieux

Artiste : Alt-J
Album : Relaxer
Label/distribution : Infectious Music
Date de sortie : 06/06/2017
Genre : Indie Rock alternatif
Catégorie : Album rock

 

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

BOB DYLAN, Tempest

Columbia/Sony/2012 “Gna gna blowin’, gna gna wind…” avaient pu entendre les festivaliers lors du concert froid de Bob…