Logo Sensation Rock

LIVE-REPORT : STICK TO YOUR GUNS + STRAY FROM THE PATH + COUNTERPARTS + WOLF DOWN (D), mercredi 24 Février 2016, Dynamo Zurich (CH)

La tournée européenne hivernale de ce plateau a débuté le 4 Février et a traversé l’Europe, avec une prédominance de dates en Allemagne, et en Angleterre. La date de Zurich a lieu dans la célèbre « JungendHaus » le DYNAMO. 

Wolf Down (D).

La route est plus difficile que prévue. Comme à son habitude, la salle suisse est réglée comme une horloge, voire plus. Le site annonçait une ouverture des portes à 19h30. Le temps de se garer dans le parking souterrain voisin de l’hôtel Mariotte (qui recevait dans le même temps un congrès de la FIFA, on y croisera des businessmen du monde entier s’émerveillaient devant la neige qui tombaient à gros flocons) et ce sera 25 minutes de retard. Du coup, c’est loupé pour Wolf Down, la salle est pleine, Counterparts est sur scène et entame déjà le premier morceau.

Counterparts (Ca)

Donc, on profite déjà de ce groupe canadien en constatent que les quatre gars envoient déjà du gros niveau. La maîtrise rappelle très fortement Lionheart aux Môles il y a quelques jours mais dans un style plus métalcore et bien plus tôt dans la soirée (sic). Formé en 2007, Counterparts vient de l’Ontario. Actuellement, le groupe enchaîne les dates européennes en février pour ensuite écumer les salles nord-américaines en Mars et Avril.

Côté scène, le son est très bon, le pied énorme, les morceaux s’enchaînent à une vitesse folle. Il y a un peu de tout, du métalcore classique, un chant plutôt gutural , des blast-beats, du bit-down, du punk plus déjanté. Un pit s’est formé, le public chante certains refrains. L’album defendu ici sur ces dates : Tragedy Will Find Us sorti chez PureNoise Records mais dispo chez Impericon.de pour l’Europe. On passe un très bon moment, bien que le public ne jumpe pas non plus dans tous les sens.

IMG_2876

20h38, c’est la fin… Changement de plateau en 12 minutes (montre en main), avec quand même un backline globalisé. Le staff du Dynamo semble au petit soin notamment le régisseur plateau qui gère aussi les retours. Je croise Craig Reynolds, le nouveau batteur de Stray From The Path (SFTP) devant le merch. Un peu déçu, car Dan (l’ancien batteur) avait un gros-gros niveau et officiait depuis 7 ans dans SFTP. Il a laissé la tournée européenne à Craig et clôturera son passage sur une dernière date US.

Stray From The Path (USA)

Un défi de taille attend donc ce nouveau batteur. Dan a mis la barre très haute sur l’ensemble des 4 albums de SFTP, mais surtout sur le dernier « Subliminal Criminals » sorti en Septembre chez Subliminal Records. Depuis, les New-Yorkais ont parcouru les salles américaines et européennes en long en large et en travers sur pas loin de 70 dates.

SFTP c’est quoi ? On pourrait caricaturer en disant que c’est la fusion de RATM qui aurait croisé avec EveryTimeIDie (#Chemiseàcarreaux-Punk-hardcore). Efficace avec 1 seule guitare, -agrémentée d’effets et de loops dignes d’un Tom Morello (RATM)- le chant de Drew YORK (sic) affectionne un chant-RapMetal, les paroles sont plutôt révolutionnaires et anti-système (on sent clairement l’influence). Le tableau est dressé. La salle se remplit de nouveau aussi vite qu’elle s’est vidée en direction du bar.

20h50, Tom Williams lance la loop de The New Gods, premier titre de l’album. La fosse est pleine, on a déjà droit à un pit chaud, et un premier wall of death. Drew se démènera tout le set pour faire bouger un public zurichois un peu apathique au départ, l’invite à jumper sur Eavesdropper enchainé juste derrière. Il lui demandera de balancer les bras sur Bagde & a Bullet Pt II ou de partir en circle-pit sur le titre énervé Shots Fired.

 

 

Il ne cessera d’encourager le fond de la salle à venir remplir la fosse pour inviter tout le monde _ filles-garçons confondus _ au stage-diving (le seul groupe à le faire dans la soirée) et ça va marcher plutôt bien ! Avant les trois derniers morceaux, Drew prend la parole longuement : une diatribe contre le système, la police américaine, les médias, tout y passe. Il s’en prendra aussi aux groupes du milieu qui n’ont rien à dire dans leurs paroles, mais beaucoup en backstage auprès de jeunes filles encore adolescentes _ ce qui lui permet d’enchaîner avec D.I.E.P.I.G dont on saisit rapidement le sens.

Le groupe proposera des titres principalement issus du dernier album, Craig se démène derrière ses fûts, les morceaux sont moins ciselés… Encore du boulot. Vient le moment de clôturer le concert avec le seul morceau de Anonymous (Album de 2013) et très attendu Badge & a Bullet (Part I). Drew monte sur la foule dans la fosse pour lancer la fin de ce morceau, il échappe aux bras qui le soutiennent, et vient s’éclater sur le sol. Qu’à cela ne tienne, il remonte, finit le morceau et repart de plus belle pour lancer First World Problem Child. Il laisse à la foule le plaisir de lancer ce fameux « Shut the Fuck Up ! ». 21h35, SFTP quitte la scène en laissant une foule transpirante.

Stick To Your Guns (USA)

La même, mais en à peine moins rapide (sic) : 17 minutes de changement de plateau + backdrop + linecheck. Une pensée aux techniciens de la salle, très efficaces (ça mixe en CL5).

21h47, Stick To Your Guns monte sur scène présenter Disobedient sorti lui aussi chez Sumerian Records. Le visuel du backdrop et de l’album s’inspire de l’univers de SFTP (ou inversement).

Ce groupe, fondé en 2003, nous propose une hybridation qui pourrait rappeler quelque chose entre Parkway Drive et The Amity Affliction. Le groupe lance le concert sur le sample It Starts With Me pour enchaîner, plus surprenant, sur des morceaux de l’album précédent « Diamond » avec Against Them All puis Empty Hands plus punk. Tout le monde est mis dans le bain très vite. Jesse BARNETT lance ce morceau sur ce célèbre Well you say Fuck the World, we say Fuck You que la foule reprend avec entrain. STYG met l’accent sur son avant-dernier album Diamond -étonnamment, les sets sont différents selon les salles, la tournée anglaise étaient plus orientée sur l’album actuel- en proposant ensuite Bringing You Down.

IMG_2898

On part donc ensuite du côté d’un Metalcore façon West Coast ; et un style qu’affectionne beaucoup le public venu en nombre pour STYG ce soir. Enfin… peut-être, le public métalcore suisse affectionne ce genre de Hardcore qui propose des passages gutturaux très violents pour enchaîner ensuite avec des passages chantés appuyés par des « woooohooowooo ». STYG n’est pas avare de ce genre de titres, pour le plus grand bonheur de la salle qui reprend ces passages en mode chorale.

Après cette mise en bouche, STYG déroule son set avec pour l’essentiel de l’album Desobedient qui est vraiment une réserve à tubes : s’enchaîneront alors, I Choose Nothing, RMA, We Still Believe, Nothing You Can Do to Me, The Bond, What Choice Did You Give Us?, Such Pain, D(I am)ond, Nobody. Le public se déchaîne, le groupe maîtrise vraiment son sujet, les syncopes sont millimétrées, et les breaks cinglants. Une petite heure de concert et c’est déjà finit, cela dit, on est mercredi.

Un passage rapide par le merchandising, il est temps de rentrer sous une neige abondante qui va rendre le retour très compliqué mais ce n’est pas grave, on a vraiment passé une bonne soirée et le plateau était d’une très bonne qualité dans l’ensemble.

Le Dynamo de Zurich est une adresse à conseiller, les concerts y sont nombreux. Disposés sur plusieurs étages, on peut faire des activités, aller à une expo, une formation, une soirée electro (il y en avait une ce soir-là en même temps dans le club).

-Stéphane

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :